Emploi : Le secteur de l’assurance recrute plus de 10.000 personnes par an


    Le Salon de l’assuré a attiré de nombreux étudiants et chercheurs d’emploi. Dans l’espace emploi les candidats ont dû faire la queue pour pouvoir déposer le CV. 

    Il semblerait que les métier de l’assurance n’attirent pas. Selon un sondage CSA, seul 18% des Français admettent qu’ils aimeraient faire carrière dans le secteur. Pourtant près de 10.000 postes sont à pourvoir chaque année.

    Ce sondage confirme en filigrane cette image collective plutôt négative du secteur qui a motivé la création du Salon de l’Assuré. Car, paradoxalement, les assurances, omniprésentes dans le quotidien et perçues comme « indispensables » pour une majorité des Français, restent une matière peu attirante. Le Salon crée une occasion inédite de rencontre entre assureurs et assurés car nous sommes convaincus que c’est en créant la rencontre que l’on peut mieux se connaitre et se comprendre. Dans ce contexte agité, il offre aussi une réponse aux attentes de qualité et de transparence exprimées à l’égard des assureurs », indique Louis Christian de Baudus, co-organisateur du salon dans un communiqué de presse.

    De fait, 56% de sondés voient le secteur comme peu humain, tandis que 58% des interrogés le juge peu innovant. Par ailleurs les clichés ont la peau dure, car près de 52% de sFrançais voient le secteur de l’assurance comme peu pourvoyeur d’emploi.

    Or chaque année, 10.000 nouveaux postes sont à pourvoir dans l’assurance. Ainsi, en période de crise, où les jeunes peinent à accéder à l’emploi le secteur est pourtant un gage de stabilité.

    Le Salon de l’Assuré, avait misé une grande partie de sa communication sur l’emploi. L’appel a été entendu puisque les candidats faisaient la queue à l’espace emploi. Ce dernier n’a d’ailleurs pas désempli de la journée.

    Un pari gagné donc pour les organisateurs du Salon car plus de 1000 CV ont été déposés auprès de divers recruteurs. Le succès de l’espace emploi est tel, qu’il sera surement un pilier d’une, possible, deuxième édition du Salon de l’Assuré.


    Laissez votre avis