Dépendance : La France face à la perte d’autonomie


    Après trois années d’absence, la dépendance et la question de son financement reviennent au cœur des préoccupations.

    La dépendance et son financement sont de retour dans les projets du gouvernement. L’enjeu est important, les solutions et les ressources manquent. A la différence de certains pays, la perte d’autonomie n’est pas, en France, intégralement supportée par la collectivité. L’Hexagone accompagne en délivrant des aides financières ou des allocations, souvent insuffisantes face aux besoins. Ces prestations ont un coût et pèsent sur les deniers de l’État.

    Selon les derniers chiffres recensés, 34 milliards d’euros avaient été alloués en 2010 à la prise en charge des personnes dépendantes. 24 milliards en provenance des organismes publics français (Sécurité sociale, Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, départements…), et 10 milliards d’euros assumés directement par les familles. Un montant qui représentait, à l’époque, 1,22% du PIB selon les sources gouvernementales, mais davantage estimé à 1,8% (moyenne européenne établie à 1,5%) par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

    10 milliards de plus à trouver

    D’après les estimations et perspectives émises par l’Insee et la direction statistique du ministère de la santé (Drees), la France devra débloquer, d’ici à 2040, 10 milliards d’euros de plus pour faire face à la perte d’autonomie. Plus fataliste, l’OCDE table, elle, sur un coût doublement, voire triplement, supérieur aux 34 milliards d’euros déboursés en 2010, avec une augmentation en hausse de 2,5 milliards d’euros dès 2014/2015.

    Des dépenses multipliées qui s’expliquent par l’allongement de l’espérance de vie. Représentant aujourd’hui 4% de la population totale européenne, les personnes âgées de plus de 80 ans devraient atteindre 10% en 2050. Or, si les seniors de 80 ans et plus comptent pour la moitié des personnes dépendantes actuelles, 30% ont entre 65 et 80 ans, et 20% ont même moins de 65 ans.

    La France devra donc bientôt faire face à l’augmentation de son nombre de personnes en perte d’autonomie. Face à ce constat, le gouvernement planche sur un plan de bataille pour proposer une réforme efficace de la dépendance. Révision qui avait déjà été initiée en 2011, sans aboutissement.


    Laissez votre avis