Comment réduire ma facture d’optique ?

ANI avec France Mutuelle

France Mutuelle vous propose une série de vidéos pour mieux comprendre l’ANI. Contrat responsable, panier de soins minimum, avantages fiscaux et sociaux…

Consultez nos vidéos sur l’ANI et contactez nos équipes d’experts en collectif au

01 53 36 37 64

Pour faire face à des dépenses en optique qui demeurent souvent élevées, l’assuré doit être bien couvert par une complémentaire santé. Pour limiter le reste à charge, la mutuelle peut intégrer un réseau de soins qui a pour avantage de garantir des tarifs négociés auprès de praticiens reconnus.

1. Des dépenses en optique grandissantes

Le budget en optique a fortement augmenté ces dernières années pour les consommateurs. Entre 2006 et 2014, les dépenses ont grimpé de 59% selon l’Assurance maladie. Car Les Français achètent plus et plus cher. Selon l’UFC Que-Choisir, un consommateur achetait une paire de lunette en moyenne 470€ en 2013. Soit le tarif le plus élevé en Europe, supérieur de 50% à la moyenne de nos voisins. Les opticiens ont été pointés du doigt par les associations de consommateur ou encore l’Autorité de la concurrence pour leurs prix et leurs marges trop élevés.

2. Un important reste à charge

Face à ses tarifs élevés, le consommateur doit payer en grande partie de sa poche, car l’Assurance maladie prend à peine à charge ces dépenses. Ou alors il renonce aux soins. La mutuelle santé s’avère donc très importante pour couvrir (en partie) ce reste à charge. Selon l’UFC Que-Choisir, avec une complémentaire santé, il restera à l’assuré 205€ à verser pour une paire de lunettes contre 445€ sans des garanties optique de bon niveau.

3. L’importance des réseaux de soins

Aujourd’hui, le remboursement des mutuelles peut donc s’avérer insuffisant pour prendre en charge les frais d’optique. Si la mise en place du contrat responsable au 1er janvier 2016 a permis de limiter les dérives des praticiens, il plafonne les remboursements optique des mutuelles à 850€ maximum pour une paire de lunettes à verres progressifs.

Une autre solution pour préserver son budget est donc de passer par un réseau de soins. Il s’agit de réseaux (Carte Blanche, Kalivia, Santéclair, Itélis..) regroupant différents praticiens qui s’engagent à modérer leurs tarifs tout en contrôlant la qualité des verres. Il est donc important de vérifier pour l’assuré si sa mutuelle est partenaire d’un réseau. Dans ce cas, il pourra bénéficier de tarifs négociés, et de produits de qualité sur lesquels s’engage le réseau. Autre avantage majeur, l’assuré profite également du tiers payant, ce qui lui évite d’avancer les frais.

France Mutuelle a rejoint au 1er janvier 2016 le réseau de soins optique Carte Blanche, qui couvre 80% des opticiens du territoire. Grâce à ce partenariat, les adhérents France Mutuelle ont même accès depuis le 1er juillet 2016 à une offre qui leur permet un choix et une qualité d’équipement optique pour 0€ de reste à charge ! Pour savoir si l’opticien est partenaire de ce réseau de soins, France Mutuelle met à disposition de ces adhérents un outil de géolocalisation sur leur Espace adhérent, qui leur permet de rechercher l’opticien affilié le plus proche de leur domicile ou lieu de travail.