La surcomplémentaire santé, à quoi ça sert et comment ça marche?

ANI avec France Mutuelle

France Mutuelle vous propose une série de vidéos pour mieux comprendre l’ANI. Contrat responsable, panier de soins minimum, avantages fiscaux et sociaux…

Consultez nos vidéos sur l’ANI et contactez nos équipes d’experts en collectif au

01 53 36 37 64

Depuis le 1er janvier 2016 et la mise en place de la généralisation de la complémentaire santé, les entreprises ont l’obligation de souscrire une complémentaire santé collective pour leurs salariés. Pour certains adhérents et leur famille, cette couverture peut s’avérer insuffisante pour couvrir leurs besoins. Dans ce cas, souscrire une surcomplémentaire à titre individuel ou collectif s’avère nécessaire pour améliorer leur couverture santé.

Ce 3ème niveau de prise en charge, au-delà de la Sécurité sociale et du contrat complémentaire obligatoire mis en place dans l’entreprise, permet à chaque salarié de compléter les garanties minimales de sa complémentaire santé, avec un contrat sur-mesure proposant des garanties plus adaptées à leurs besoins. Généralement, les salariés souscrivent une surcomplémentaire pour des besoins spécifiques – et souvent mal remboursés par la Sécurité sociale – comme les soins dentaires, les frais d’optique ou les dépassements d’honoraires de médecins conventionnés. Si les jeunes couples sont tentés par un meilleur remboursement des frais liés à la maternité ou des frais d’orthodontie et d’optique, les plus de 60 ans cherchent principalement à améliorer la prise en charge des dépassements d’honoraires des spécialistes ou de l’optique et des prothèses auditives.
Le marché des surcomplémentaires est grandissant. En effet, selon une étude Ifop/Deloitte parue en 2016, 28% des français ont souscrit (ou envisageant de le faire) une couverture supplémentaire. Ils seraient prêts à payer, par mois, en moyenne 41€.

* Les surcomplémentaires collectives :

Le chef d’entreprise peut décider de négocier un contrat surcomplémentaire facultatif qui viendra compléter le socle de garanties minimales obligatoires si le salarié le souhaite.
Cette garantie complémentaire « de 3ème niveau » doit être distincte du contrat collectif d’entreprise. Elle ne peut être une option attachée à celui-ci, au risque de voir le contrat collectif requalifié. Quant au financement de la surcomplémentaire, il sera intégralement à la charge du salarié, sans aucune participation de l’employeur.
Vous êtes chef d’entreprise et souhaitez offrir à vos salariés la possibilité d’améliorer leurs garanties ? France Mutuelle vous accompagne dans votre démarche et vous aide à trouver la solution la mieux adaptée aux besoins de vos salariés.

* Les surcomplémentaires individuelles :
Lorsque le chef d’entreprise ne propose pas de surcomplémentaire dite « collective », le salarié peut toutefois la souscrire à titre individuel.
Dans ce cas, le contrat n’est pas négocié par l’employeur, et le salarié doit rechercher un contrat surcomplémentaire individuel, qu’il financera seul.