Analyse du contrat MIP Retraite Sélection par Le Conservateur

nouveau-logo-Le-conservateur

La loi Pacte, votée en première lecture par l’Assemblée Nationale le 9 octobre dernier ancre la nécessité de constitution par chaque Français d’une épargne en vue de la retraite, au-delà et en complément des régimes de base (CNAV, RSI, Agirc-Arrco…). En appui de l’affirmation de cette volonté, la loi Pacte intègre un ensemble de mesures, dont :

  • la totale fluidité de transfert des encours constitués par un même épargnant entre les différents régimes d’épargne retraite existants : Epargne salariale, PERP, Retraite Madelin, Retraite supplémentaire,
  • l’harmonisation et l’unification des règles de déduction fiscale (IR) applicables aux versements réalisés par un même contribuable entre ces différents types de contrats d‘épargne retraite,
  • la possibilité d’une sortie désormais à 100 % en capital, quel que soit le montant d’encours constitué par un même épargnant entre ces différents cadres d’épargne retraite, en sachant toutefois qu’un schéma de sortie en rente sera incité fiscalement.

 

D’un point de vue pratico-pratique, Good Value for Money souhaite apporter les angles de lecture suivants :

  • Avec le fonds en euros, l’assurance-vie est le seul vecteur d’épargne retraite proposant un schéma d’investissement totalement sécurisé et bénéficiant d’une revalorisation positive au jour le jour de l’épargne constituée. A titre de comparaison, l’épargne salariale (PEE, PERCO, PEI, PERCO-I) ne propose que des supports d’investissement monétaires… dont le rendement au quotidien est négatif. Sécuriser son épargne sur un PERCO signifie donc accepter de la voir s’éroder au jour le jour. Demain, un transfert vers un contrat d’assurance vie sera possible pour pouvoir bénéficier d’un fonds en euros.
  • La possibilité de sortie en capital devrait constituer une « bouffée d’oxygène » pour l’épargne retraite. Les Français sont un peuple qui n’aime pas la contrainte. En étant libres, ils risquent paradoxalement d’opter pour une bonne partie pour une sortie en rente, lorsqu’ils prendront conscience du faible niveau du taux de remplacement apporté par leurs régimes de retraite par répartition.
  • La facilitation des transferts entre les différents cadres d’épargne retraite est une bonne chose à la fois pour les épargnants et pour le secteur. Pour les épargnants, cette disposition devrait permettre de regrouper des petits encours constitués par ci et par là d’une part, voire de sortir de « mauvais » contrats. Pour les opérateurs du secteur, cela devrait contribuer à augmenter l’encours moyen par contrat, donc contribuer à réduire le poids relatif des frais de gestion.

 

Dans ce contexte, le contrat MIP Retraite Sélection proposé par les Assurances Mutuelles le Conservateur figure parmi les références intéressantes du marché en raison de la combinaison :

  • d’un fonds en euros surperformant durablement le marché, ce constat étant valable :
    • sur un an (2017), avec 0,57 % de mieux que le marché (situé à 1,88 % selon le référentiel Good Value for Money),
    • sur trois ans (2015-2017), avec 0,72 % de mieux en moyenne par an,
    • sur cinq ans (2013-2017), avec 0,79 % de mieux en moyenne par an,
    • sur sept ans (2011-2017), avec 0,75 % de mieux en moyenne par an,
  • d’une gamme de 52 unités de compte (UC) dont un certain nombre de supports de référence du marché :
    • Eurose (DNCA Finance),
    • Oddo BHF Immobilier,
    • R Valor C (Rothschild & Cie Gestion),
    • Magellan (Comgest),
    • Echiquier Agenor Mid Cap Europe (La Financière de l’Echiquier)
  • de 5 options de gestion financière susceptibles d’être mises en place (et paramétrées dans leurs modalités de mise en œuvre) par l’épargnant sur son contrat :
    • l’investissement progressif,
    • la dynamisation de la participation aux bénéfices acquise sur le fonds en euros,
    • la sécurisation des plus-values latentes sur tout ou partie des supports,
    • le stop-loss à la baisse sur tout ou partie des supports,
    • la sécurisation progressive de l’épargne au fur et à mesure du rapprochement de la date prévue de départ à la retraite.

 

Principaux atouts de MIP Retraite Sélection

  • Accès sans aucune limite (en montant) ni contrainte (en termes de taux d’investissement minimum en unités de compte) à un fonds en euros surperformant durablement le marché.
  • Existence dans la gamme d’unités de compte proposées au contrat d’un certain nombre de supports de qualité faisant partie des références du marché en matière de gestion de patrimoine.
  • Accessibilité du contrat avec une exigence de versement annuel minimum de 600 € seulement.
  • Savoir-faire du Groupe Le Conservateur dans la gestion d’épargne retraite à long terme, notamment par le biais de la tontine.
  • Possibilité d’opter au départ à la retraite pour une rente viagère avec annuités certaines pour une durée égale à l’espérance de vie moins cinq années avec un maximum de vingt années.

 

Principaux inconvénients de MIP Retraite Sélection

  • Absence de garanties optionnelles de prévoyance permettant de sécuriser le cadre d’investissement, en sachant toutefois que celles-ci sont généralement facturées à des taux relativement chers.
  • Existence dans la gamme d’unités de compte de supports de moindre qualité, en sachant que rien n’oblige l’épargnant à y investir.
  • Absence d’option permettant de sécuriser, le cas échéant, la table de mortalité qui sera appliquée lors de son départ à la retraite s’il souhaite sortir pour partie en rente.

 

Pour en savoir plus sur l’analyse de Good Value for Money, cliquez ici :

Lien URL : https://www.goodvalueformoney.eu/produit/document-doc0002008

 

Tous droits de propriété et de diffusion réservés à Good Value for Money.



Découvrez les autres analyses de Good Value for Money à travers les thématiques suivantes :