Assurance / Enquête : MMA passe au crible les tracas des français

Tâches ménagères, mauvais comportement des autres usagers de la voie publique , pertes de temps dans les démarches administratives, problèmes de stationnement et complexes physiques sont les cinq tracas auxquels les Français sont le plus souvent confrontés.

« Nettoyer, balayer, astiquer casa toujours très fort » n’est incontestablement pas du goût des Français qui positionnent les taches ménagères en première place des tracas les plus fréquents, avec 80% de personnes concernées, dont 42% de très souvent concernées. La guerre des sexe sur cette question est loin d’être révolue, car les femmes sont plus souvent tracassées que les hommes par les corvées de ménage : 92% contre 66% des hommes, dont 62% très souvent .

La voiture génère également de fréquentes contrariétés. La journée de la courtoisie en voiture ne semble pas faire beaucoup d’adeptes puisque 54% des Français endurent fréquemment le mauvais comportement des autres usagers de la voie publique. 42% des Français sont impactés par des problèmes de stationnement, 34% subissent souvent ou très souvent des embouteillages en voiture, et ce quel que soit l’âge ou le sexe des personnes interrogées. Toutefois, sans surprise, les Franciliens sont plus enclins à avoir des soucis de déplacement et de circulation que les habitants du reste du pays Ils sont 61% à se dire concernés par les mauvais comportement des autres usagers de la voies publiques, 49% a subir régulièrement des embouteillage en voiture.

45% des Français déclarent encore trop souvent perdre du temps dans les démarches administratives, s’arrachant les cheveux entre des formulaires 28 A et 145C ou autres. Les catégories socioprofessionnelles supérieures (56%) se déclarent plus souvent impactées par ce genre de contrariétés que les catégories populaires (43%).

Enfin, Guy Debord l’avait prédit dans « la société du spectacle », le culte de l’apparence touche désormais 36% des personnes interrogées qui déclarent être fréquemment tracassées par des complexes physiques.

Syndrome du top modèle oblige, Les femmes sont sur ce point beaucoup plus touchées que les hommes (respectivement 53% contre 20%)

• Les tracas qui font oublier la « zen attitude », les Françaises en pôle position
La machine est-elle au service de l’homme ? Les Français sont aussi dépendants de leurs machines qu’ils sont contrariés lorsqu’elles sont en panne ou subissent des disfonctionnements. Tomber en panne de voiture (80%), se faire capturer sa carte bancaire à un distributeur (75%), rencontrer des problèmes techniques avec des équipements informatiques (75%), ou subir la panne d’un appareil ménager (73%) font partis des situations les plus énervantes recensées par les Français. Un jeune privé de nouvelles technologies perdant ses repères, le comble de l’énervement des 18-24 ans revient à la panne informatique ( 81% )
Les femmes sont globalement plus contrariées par toutes sortes de tracas que les hommes. Plus spécifiquement, elles sont avec les jeunes plus sensibles aux tracas relationnels : la mauvaise ambiance au travail ou à l’école énervent 69% des femmes contre 51% des hommes et 75% des 18-24 ans contre 68% des 35-49 ans. Les désaccords familiaux ou avec son conjoint affectent 71% des femmes contre 53% des hommes et 71% des 18-24 ans contre 63% des 35-49 ans.
La vieillesse engendrant la sagesse, les plus âgés semblent globalement plus « cools » que leurs cadets. Les 50 ans et plus se montrent aussi globalement plus modérés quand il s’agit de laisser libre cours à l’expression de leur contrariété en affichant souvent des scores d’énervement égaux ou inférieurs à l’ensemble des personnes interrogées.

• Que le tracas soit régulier n’implique pas forcément qu’il soit très contrariant.
Souvent les tracas les plus horripilants ne sont pas les plus fréquents. Ainsi, les taches ménagères en première place des tracas les plus fréquents, arrivent en vingtième position sur les 21 tracas énervant le plus les Français (33%).
A l’inverse, la panne de voiture, le tracas jugé comme le plus énervant par 80% des Français, ne concerne fréquemment que 3% de ces derniers. Il en va de même pour la capture de sa carte bleue par un distributeur.

• Le beurre et l’argent du beurre : les tracas à la fois récurrents et énervants
Mais il existe des tracas à la fois réguliers et très énervants. C’est le cas des formalités administratives qui sont un vrai fléau pour 77% des Français et qui rappelons le, concerne régulièrement 45% d’entre eux.

La promiscuité dans les grandes villes est également facteur de tensions irritantes et récurrentes : • des habitants de Paris et la région parisienne subissent des nuisances liées au voisinage et 74% se déclarent énervés par cette situation. 53% des franciliens subissent régulièrement la promiscuité dans les transports en commun et 64% sont énervés cette situation.


Laissez votre avis

judi togel