Vigilance / Baignade : 657 cas de noyades sont survenus entre le 1er juin et le 9 août en France

L’été est bien installé et avec lui les baignades à la mer, en rivière, en lac ou en piscine se multiplient. Si vacances riment souvent avec insouciance, la baignade doit rester synonyme de vigilance.

Cette année, entre le 1 er juin et le 9 août, l’Institut de veille sanitaire (InVS) a déjà recensé 657 noyades accidentelles, dont 217 sont à l’origine d’un décès soit en moyenne 3 décès par jour. Parmi ces 657 cas, 51% ont eu lieu en mer, 21% en piscine (tous types confondus), 11% en plan d’eau, 12% en cours d’eau et 4% dans d’autres lieux (baignoires, bassins…). Depuis le 1 er juin, 61 jeunes de moins de 20 ans sont décédés, et parmi ceux-ci 21 décès d’enfants de moins de 6 ans, dont 13 en piscine privée familiale.

La proportion des décédés parmi les noyés dans l’enquête 2009 est de 33% et donc stable par rapport à 2006, année où l’on comptait, à la même période, 796 noyades accidentelles, suivies de 269 décès (34 %).

Parce que la prévention reste le premier moyen de protection contre les noyades accidentelles et pour que petits et grands passent des vacances en toute sérénité, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) édite une nouvelle brochure sur les différentes précautions à adopter : « Mode d’emploi de la baignade, pour un été en toute sécurité »

A l’eau ? J’y vais ou je n’y vais pas ?

Se baigner en zone surveillée signifie être encadré par des professionnels et donc être secouru plus rapidement en cas de problème. Choisissez les zones de baignade surveillées et renseignez-vous sur la nature des vagues, des courants et des marées dans le secteur où vous vous trouvez. A la plage, respectez les consignes de sécurité signalées par les drapeaux de baignade : drapeau vert : baignade surveillée et absence de danger particulier ; drapeau jaune : baignade dangereuse mais surveillée ; drapeau rouge : interdiction de se baigner

J’y vais, mais…

Avant de vous baigner, prenez en compte votre forme physique : un repas copieux, la consommation d’alcool ou encore une exposition prolongée au soleil ne sont pas toujours compatibles avec une baignade en toute sécurité. Ne vous baignez pas si vous ressentez le moindre frisson ou trouble physique, et ne surestimez pas votre niveau de natation : il est plus difficile de nager en milieu naturel (mer, lac, rivière) qu’en piscine. Enfin, prévenez vos proches quand vous allez vous baigner.

Entrez progressivement dans l’eau, et prenez garde aux vagues : leur zone d’impact et la zone qui suit (communément appelée « machine à laver ») sont dangereuses. En cas de danger, ne cherchez pas à lutter contre le courant et les vagues, vous risqueriez de vous épuiser. Si vous êtes fatigué(e), allongez-vous sur le dos pour vous reposer. Cette position permet de dégager les voies aériennes et de respirer normalement pour pouvoir appeler de l’aide.

Avec les enfants : une surveillance de tous les instants

En piscine ou à la mer, restez toujours avec vos enfants quand ils jouent au bord de l’eau et baignez-vous en même temps qu’eux. S’ils ne savent pas nager, équipez-les de brassards adaptés à leur taille et portant la norme NF 1311138-1. Attention, les bouées et autres matelas pneumatiques ne protègent pas de la noyade.

Les piscines privées en plein air doivent être équipées d’un dispositif de sécurité : barrière, couverture, abri de piscine ou alarme sonore. Ces dispositifs ne remplacent pas la surveillance active et permanente des enfants.

Enfin, déposez à côté de la piscine une perche et une bouée pour pouvoir intervenir rapidement en cas de danger et un téléphone pour alerter les secours le plus rapidement possible en cas d’accident.

La brochure « Mode d’emploi de la baignade, pour un été en toute sécurité » est diffusée via les préfectures, offices de tourisme, CRS, pompiers, sauveteurs en mer ainsi qu’aux péages d’autoroute. Elle est téléchargeable sur le site www.inpes.sante.fr.


Laissez votre avis