Dossier : Se prémunir face au vol des deux roues (moto et scooter)

En France, un deux-roues (moto et scooter) est volé en moyenne toutes les 4 minutes ! Dure réalité quand on vient d’acquérir un scooter. Autant bien se protéger contre le vol. Dans ce contexte à quoi servent réellement l’assurance vol et la garantie tentative de vol ?

En optant pour une assurance contre le vol, le conducteur de deux roues a tendance à penser qu’il sera remboursé quoi qu’il arrive. A tort… Pour pouvoir bénéficier des garanties, l’assuré doit scrupuleusement respecter les conditions stipulées dans le contrat.

Ne jamais laisser la clé de contact sur ou dans votre véhicule, bloquer la direction et utiliser un antivol rigide en forme de U normé NF, garer votre scooter dans un endroit fréquenté ou un parking et l’attacher à un élément fixe (poteau) sont quelques exemples des exigences de l’assureur. Le « gravage » du véhicule est souvent obligatoire. En clair, vous devez adopter au quotidien des mesures de protection pour dissuader les voleurs, et faire la preuve de votre bonne foi, sinon votre garantie ne jouera pas.

En effet, si vous êtes victime d’un vol ou d’une tentative de vol, vous devrez le prouver avec, par exemple, les restes d’un anti-vol forcé ou une direction endommagée. Il faut porter plainte à la gendarmerie et envoyer la photocopie de votre déposition à votre assurance dans les 48 heures, faute de quoi votre assureur pourrait vous refuser le remboursement qui est fonction de la décote de votre véhicule.

Sachant qu’aujourd’hui, seuls 9 % des 80 000 deux roues volés sont retrouvés, France moteurs assurance vient de lancer un tout nouveau système de protection. Il s’agit d’un boitier capable de localiser une moto volée à trois mètres près. Mais pour bénéficier de son impressionnante efficacité (89 % de motos retrouvées en 2008), il faut y mettre le prix : environ 700 euros…


Laissez votre avis