Épargne : Au 1er août, le taux du Livret A abaissé à 1%

Face à la baisse du taux du Livret A, l’assurance-vie attire.

Vendredi 1er août, le taux du Livret A et du Livret de développement durable (LDD) a été abaissé de 1,25% à 1%. Son plus bas niveau historique depuis sa création en 1818.

Et pourtant ce repli est moins important que celui prévu par la formule permettant son calcul. En raison de la faiblesse de l’inflation, élément clé de cette formule, la rémunération de ce livret, qui était fixée à 1,25%, aurait mécaniquement dû descendre à 0,50%.

Résultat : les Français placent ailleurs leurs économies, les retraits d’argent du Livret A en juin ont été supérieurs aux dépôts effectués créant une différence (décollecte nette) de 130 millions euros.

Cette baisse de la rémunération profite à l’assurance-vie qui rebondit, avec, en juin, un 6e mois consécutif de collecte nette positive. L’assurance-vie bénéficie d’un fort niveau d’attractivité, lié notamment à une rémunération intéressante (2,8% en moyenne pour les fonds en euros en 2013) et à la stabilité fiscale promise par l’État. Au total, 1.490,2 milliards d’euros étaient déposés sur des contrats d’assurance-vie en France à la fin du premier semestre. Et environ 340 milliards sur les Livret A et LDD.

Les épargnants se désintéressent du Livret dont le taux, déjà, en février, aurait mécaniquement dû baisser à 0,75%. Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, avait proposé de le faire passer à 1% mais le gouvernement avait finalement tranché en faveur d’un maintien à 1,25%.

Ce dossier, devenu éminemment politique, a surtout une portée symbolique pour le grand public. Selon l’Observatoire de l’épargne réglementée, les particuliers disposaient en moyenne de 4.063 euros sur leur Livret A fin 2013. Sur cette base, un livret type rémunéré à 1,25%, rapporte donc 50,79 euros en un an.Avec un taux à 1%, il rapportera 40,63 euros soit une baisse d’environ 10 euros.

A l’inverse, l’enjeu est de taille pour la relance de la construction. En effet, la Caisse des dépôts, qui centralise 65% des sommes déposées par les épargnants sur leur Livret A, prête ensuite cet argent pour que de nouveaux logements sociaux soient édifiés. Un repli du taux du Livret A entraîne donc une baisse du coût des crédits pour les offices HLM et favorise ainsi le secteur de l’immobilier

Avec AFP


Laissez votre avis