Prévention / Santé : L’air du métro contiendrait des particules toxiques

Une étude britannique menée dans le métro néerlandais démontre que l’air y est nocif pour la santé. Il contient de minuscules particules métalliques qui favoriseraient l’apparition de cancers.

Des chercheurs de l’université de Southamton, au Royaume Uni ont étudié l’air du métro néerlandais. Dans la revue Environmental Science & Technology, ils mettent en avant que ce dernier serait toxique. De microscopiques particules métalliques s’y trouveraient. Dangereuses pour l’homme, ces particules pénètrent par les bronches, puis dans le sang via les alvéoles pulmonaires et jusqu’aux organes vitaux grâce à leur finesse.

Ces particules ultrafines, riches en métaux, se révèlent être très toxiques car très réactives. “Les poussières ultrafines retrouvées dans les villes sont généralement considérées à tort comme inoffensives car elles sont composées de matière inerte, sans activité. Mais nous avons remarqué que la poussière des stations de métro est particulière : elle est composée de particules métalliques“, raconte un des chercheurs, Matthew Loxham. Les molécules générées par les particules aériennes de l’air sont ce que l’on appelle des radicaux libres. Ils endommagent l’ADN des cellules, et peuvent déclencher du stress oxydant et mais aussi être à l’origine de cancers.

Pas de panique, à Paris, selon Terrafemina, la RATP surveille la qualité de l’air du métro depuis 1997. L’entreprise encouragerait aussi, lors du renouvellement de matériel roulant, le freinage électrique qui rejetterait moins de particules.


Laissez votre avis