Edito : Rentrez bourrés, c’est votre assureur qui régale !

Bonne nouvelle pour ceux qui n’osent plus “picoler” avant de prendre le volant, il est de nouveau possible de rentrer complètement bourré chez soi et c’est votre assureur qui régale !

Maréchaussée zélée,  campagnes de prévention agressives et sensibilisation quotidienne, il est aujourd’hui de plus en plus difficile de “se mettre minable” avant de rentrer chez soi en voiture, notamment pour les jeunes conducteurs.

Heureusement, certaines compagnies d’assurance ont eu la bonne idée de s’inviter à l’apéro et de vous permettre de rentrer “à quatre pattes” sans culpabiliser… et ça, gratuitement… ou presque. Après Axa et sa garantie “Joker”, c’est au tour d’Euro-Assurance de proposer sa garantie “SOS Taxi”  qui permet à ceux, qui ne sont pas en mesure de prendre le volant, de regagner leur domicile en taxi. Formidable non ?!

Le (re)verre de la médaille

Si cette introduction de mauvais goût peut à première lecture paraître indécente, c’est aussi l’effet que me font ces annonces commerciales qui, selon moi, légitiment implicitement la consommation abusive d’alcool sous couvert de prévention des risques.

Certes, l’action est louable, et d’aucun, comme les fédérations d’assureurs, font sérieusement leur travail préventif auprès des populations concernées. De la part d’une compagnie d’assurance, cela respire pourtant fort la contrepartie…

D’abord, n’oublions pas que les assureurs automobiles sont tenus par la loi, dans le cadre de la convention État/assureurs pour la sécurité routière, d’allouer 0,5% du montant des cotisations de responsabilité automobile perçues à des actions de sensibilisation. L’effet d’exclusivité de certains produits n’a donc pas lieu d’être.

Ensuite, un assureur doit payer cher, très cher, les indemnisations des dommages corporels occasionnés à un tiers lorsque l’un de ses assurés est responsable d’un accident de la circulation, même sous l’emprise de l’alcool. On comprend donc aisément le zèle d’implications pour éviter des sinistres à plusieurs millions d’euros.

Puis les limites, les exclusions et surtout le prix de ce type de garantie, rebutent très souvent un grand nombre de jeunes. Car ne nous leurrons pas, rien n’est gratuit et encore moins dans les compagnies d’assurance. Bénéficier de ces offres sous-entend généralement la souscription d’un contrat auto à plusieurs centaines d’euros, l’utilisation du taxi est souvent limitée (entre 3 et 5 fois dans l’année) et une distance maximum se cache sans nulle doute en filigranes.

Enfin, ce service n’est-il pas dangereux ? Commander un taxi via son assureur ou sa société d’assistance lorsque l’on est alcoolisé, n’est-ce pas le risque de lui montrer qu’on est quelque part mauvais élève et qu’on aime faire la fête ? Aura-t-on encore confiance en moi l’année prochaine ? Mon assureur va-t-il augmenter ma cotisation, ou pire, me résilier, si ?

Prévention gratuite

Que ce genre de garanties fassent leur apparition avant les fêtes de fin d’années n’est qu’un prétexte supplémentaire pour vendre des contrats.

Que les assureurs fassent leur travail et indemnisent les accidents dans les limites des contrats qu’ils font souscrire, cela semble normal. Mais qu’ils jouent sur la sensibilisation des jeunes en créant la confusion entre prévention et offres commerciales sur un sujet aussi sensible que l’alcool au volant, la limite semble franchie.

La vraie prévention doit être gratuite. Les fédérations et certains assureurs l’ont déjà compris. Pour les autres, la route est encore longue et visiblement, elle conduit à l’ivresse…


Laissez votre avis