Les conducteurs de 2 et 3 roues motorisés sont-ils assez équipés ?

Selon une récente enquête, près de 11% des conducteurs de 2 et 3 roues motorisés ne porteraient pas toujours de casque. Face à des scootéristes qui s’équipent moins que les motards, les assureurs veulent agir sur les consciences à travers des actions de prévention.

Selon une enquête Opinionway pour les associations Assureurs Prévention et Gema Prévention, les conducteurs de 2 et 3 roues motorisés n’ont pas encore les bons réflexes, notamment celui de s’équiper pour conduire en toute sécurité.

Ainsi, on apprend que 11% des motards déclarent ne pas toujours mettre un casque lorsqu’ils prennent leur machine et que seuls 54% portent systématiquement un blouson, malgré les risques de graves brûlures (70% portent systématiquement le pantalon et 60%  les gants).

Parmi les motards ou scootéristes, moins de la moitié utilisent des équipements spécifiques (c’est-à-dire adaptés à la conduite des 2 et 3 roues). Autre constat, ce sont les femmes et les + de 60 ans qui sont le moins bien équipés en terme de vêtement adaptés à cette pratique.

Les assureurs impliqués dans la prévention

Légalement obligés de financer des actions de prévention (via la convention État/Assureurs*), les assureurs souhaitent s’impliquer d’avantage et inciter les conducteurs de 2 et 3 roues à mieux s’équiper, tout en sensibilisant les consciences.

“Il y a des efforts à faire, notamment de la part de trois acteurs principaux que sont les pouvoirs publiques, les conducteurs et les assureurs”, explique Bernard Spitz, président de l’association Assureurs Prévention. “Le problème est culturel. Si nous arrivons à agir sur la culture des conducteurs, nous pouvons arriver à une prise de conscience de la nécessité de s’équiper correctement”.

Impliqués également au sein du CNSR (Conseil national de la sécurité routière), les deux associations souhaitent favoriser “la recommandation des EPI (Équipements de protection individuels) lors de l’acte d’achat d’un 2 ou 3 roues (…) avec l’accès à des packs d’équipements de sécurité pour lesquels les assureurs pourraient être mis à contribution”, ajoute Patrick jacquot, président de l’association Gema Prévention.

Les conducteurs se sentent en sécurité

Avec moins de 2% du trafic routier mais près de 20% des personnes tuées chaque année sur les routes de France, les conducteurs de 2 et 3 roues motorisés payent un lourd tribu dans la mortalité routière. Pourtant, ces chiffres ne semblent pas éveiller les consciences, puisque 72% d’entre eux se sentent en sécurité sur leurs machines. Pire, seule la moitié estiment qu’ils doivent améliorer leur comportement au guidon, et 20% révèlent prendre parfois des sens interdits ou leur machine en ayant bu de l’alcool. Ces pratiques à risques impactent donc aujourd’hui les assureurs.

“La fréquence des sinistres matériels est maitrisée mais en ce qui concerne les accidents corporels, cela coûte parfois très chers aux compagnies, notamment lorsqu’il s’agit des passagers et lorsqu’il y a abrasion du derme”, ajoute Patrick Jacquot. “En ville par exemple, les accidents corporels pourraient être évités ou moindres avec un meilleur équipement”, conclut ce dernier.

Au final, compagnies d’assurance et mutuelles, au travers de leurs fédérations respectives, souhaitent surtout influencer les pouvoirs publiques dans l’élaboration de règles de port d’équipement à bon escient. Ces dernières souhaitent également multiplier les campagnes de sensibilisation pour le grand public afin de prévenir d’avantage conducteurs et futurs conducteurs.

News Assurances vous propose également de regarder un reportage vidéo qui pourra vous permettre de connaitre l’équipement nécessaire lorsqu’on conduit un scooter.

*Convention qui impose l’allocation de 0,5% du montant des cotisations en responsabilité automobile à des actions de sensibilisation à la Sécurité Routière.

2 commentaires sur

Laissez votre avis