Assurance Auto : voitures incendiées comment les experts procèdent-ils ?

La Saint Sylvestre s’accompagne fréquemment d’une recrudescence de véhicules incendiés. Cette année, 940 voitures ont été brûlées, pour essayer de définir les circonstances des faits, les experts mènent un travail d’enquête approfondi.

La nuit du 31 décembre au 1er janvier 2015 connait une vague d’incendies de voiture. Cette année 940 véhicules ont brûlés la nuit de la Saint-Sylvestre soit 20% de moins que l’an dernier. Lorsqu’une voiture prend feu, le propriétaire du véhicule doit contacter son assureur pour être indemnisé. Pour ce faire, l’assurance fait appel à un expert d’assurance. Lorsqu’il intervient après un sinistre, quel qu’il soit, l’expert en automobile doit identifier le véhicule, établir la cause et les circonstances du sinistre puis évaluer le montant des dommages.

Dans les dossiers « incendies », la recherche d’indices est d’autant plus difficile que les causes de l’incendie sont systématiquement dissimulées voire détruites.

Quel est le rôle de l’expert ?

L’expert doit déterminer comment l’incendie s’est déclaré, puis propagé, si le véhicule est  à l’origine du sinistre… Pour répondre à toutes ces questions, l’expert ne dispose souvent que d’une carcasse incendiée et des indices carbonisés.

Pour l’examen technique, l’approche de l’expert est celle de la  “pelure d’oignon” (ou de l’entonnoir) : il commence par une vision large pour tenter de définir l’origine de l’incendie.

Procéder par étapes

Véritable enquêteur, l’expert cherche ensuite à localiser l’épicentre de l’incendie. Sa connaissance des métaux lui permet d’établir une cartographie des zones de température et de déterminer le point le plus chaud.

Reste à identifier la cause de l’incendie. Ce n’est qu’après avoir étudié toutes les possibilités de causes internes, qu’il envisagera des causes externes.

15% de Fraude

Au cours de ce travail d’enquêteur, l’expert en automobile procède à des mesures conservatoires et effectue différents prélèvements, qui sont ensuite transmis à un laboratoire pour analyse.

En cas de suspicion de fraude, ces analyses peuvent par exemple permettre de confirmer la présence d’un produit accélérant. Selon les assureurs, qui ont indemnisé 44.600 véhicules incendiés en 2013, près de 15% des incendies de véhicules seraient d’origine frauduleuse. Autant dire que la détection de la fraude, dans laquelle, les experts en automobile jouent un rôle majeur, représente un enjeu de taille.


Laissez votre avis