La Macif publie le dernier baromètre sur la mobilité durable

En partenariat avec le ministère du développement durable, la Macif publie pour la 3e année consécutive un baromètre sur la mobilité durable ou comment se déplacer en polluant moins.

Premier constat, les automobilistes français placent l’écologie au premier rang de leurs préoccupations, malgré le contexte économique morose. L’étude révèle en effet que 52% d’entre eux se disent prêts à utiliser un mode de transport alternatif pour se déplacer et polluer moins. Un chiffre qui monte à 64% chez les 18-24 ans. Parmi les solutions les plus souvent envisagées, le covoiturage remporte le plus de suffrage avec 91% des sondés affirmant avoir connaissance de ce mode de transport alternatif, même s’ils ne sont que 26% à l’avoir essayer au moins une fois.

Vient juste derrière le vélo-partage cité par 83% des automobilistes interrogés. Un mode de transport alternatif de plus en plus reconnu, grâce notamment au succès d’opérations comme le Vélib à Paris. Pourtant, dans les faits, seuls 11% des sondés l’ont déjà pratiqué.
C’est essentiellement le sentiment d’insécurité qui freine les automobilistes à modifier leurs habitudes de déplacement. Un peu plus d’un tiers (37%) d’entre eux déclarent en effet se sentir en sécurité sur un vélo dans la circulation automobile. Même constat pour le covoiturage puisque seulement 50% des personnes interrogées sont en confiance comme passager ou conducteur d’un véhicule ne leur appartenant pas.

Voilà pourquoi, si les français se disent prêts à changer leurs modes de déplacement, ils sont également 73% à estimer que le code de la route doit être modifié pour accompagner cette évolution. Hors de question de toucher aux limitations de vitesse. Il s’agirait plutôt de repenser le partage de la chaussée. Ainsi, parmi les moyens envisagés par les sondés, la création de voies de circulation entièrement dédiées au covoiturage ou encore la généralisation de pistes cyclables à double-sens. Mais surtout, la mise en place de cours d’éco-conduite afin de sensibiliser les enfants aux questions de mobilité durable.


Laissez votre avis