Les Français, trop fiers pour se remettre en question face à leur conduite

Malgré une baisse notable de l’accidentologie sur les routes en 2012, les Français ne se révèlent pas si responsables que ça. Une étude Ipsos publiée en mars tend à démontrer qu’ils sont trop fiers pour se remettre en question face à leur conduite, et n’hésitent pas à rejeter la faute sur les autres automobilistes.

Les préjugés attribuant aux Français orgueil et auto-satisfaction seraient-ils donc vrais ? A en croire une étude Ipsos publiée récemment, le mythe devient réalité…

Ainsi, 59% des Français se “félicitent” de la baisse de la mortalité sur les routes. Un peu comme si leur conduite irréprochable y avait contribué et qu’ils ne représentaient pas un facteur de risque. 43% des automobilistes considèrent les autres bien trop stressés, et 26% les qualifient même de dangereux. Le résultat de l’étude devient plus anecdotique quand les sondés sont interrogés sur leur propre conduite. 99% du panel, sans hésitation aucune, répondent être de bons conducteurs.

Et pourtant…

Les Français manqueraient-ils donc tant de discernement ? Pas à ce point. Ils sont ainsi une majorité à admettre qu’ils s’autorisent parfois quelques petits écarts. Parmi les règles bafouées, 90% confient enfreindre les limitations de vitesse, 37% prennent la route malgré leur état de fatigue, et 19% des conducteurs laissent passer 3 verres avant d’accepter de céder le volant. Un facteur alcool qui entraine une nette incohérence chez les sondés puisque 94% déclarent ne jamais conduire dès qu’ils ressentent un état d’ébriété. Mais où sont donc passés les interrogés qui boivent 3 verres ?


Laissez votre avis