Sécurité routière : plus de 8 actifs sur 10 conduisent dangereusement en déplacement professionnel

La route est la première cause d’accident mortel au travail. De nombreuses professions imposent de prendre la route régulièrement, une étude lancée par MMA montre que plus de 8 actifs sur 10 adoptent des comportements dangereux sur la route quand ils sont en déplacement professionnel. 

 Chaque année, la route est à l’origine de 20.000 accidents du travail soit environ 3 % des accidents du travail. C’est même la première cause d’accident mortel au travail ce qui représente 20 % des accidents mortels du travail.

Ainsi MMA a lancé une étude sur les actifs et la route afin de mieux connaître et comprendre les comportements et les attentes en matière de prévention des actifs qui sont régulièrement sur la route. Pour Stéphane Daeschner, en charge de la prévention des risques routiers chez MMA,  “l’appréhension des risques professionnels liés à la route est l’une de nos priorités. Cette étude apporte des enseignements précieux pour mieux connaître les attentes de ces professionnels et travailler sur des actions de prévention plus adaptées à leurs réalités terrain“.

Les conducteurs interrogés connaissent plutôt bien les risques et sanctions encourus en cas de non-respect du Code de la route. Ainsi 9 conducteurs sur 10 sont conscients que faire une pause est la seule solution contre la somnolence. Par ailleurs, ils sont 8 sur 10 à connaitre les sanctions encourues pour conduite en téléphonant et 58 % à savoir ce qu’ils encourent en cas de dépassement des limites de vitesse autorisée de 10 km/h.

Des comportements à risques

Cependant leur connaissance du Code de la route n’empêche pas les conducteurs en déplacement professionnel d’adopter des comportements dangereux sur la route, ils sont effectivement 85 % à admettre avoir eu un comportement à risque sur les routes. “3 sur 4 ont déjà utilisé leur téléphone au volant, 7 sur 10 ont déjà dépassé la vitesse autorisée et près de 8 sur 10 ont déjà conduit en état de fatigue“, indique le communiqué de presse.

Par ailleurs, ils sont 74 % à téléphoner au volant et 32 % à tenir le téléphone dans leur main alors qu’ils conduisent, même s’ils sont 53 % à indiquer utiliser le kit mains libres quand ils roulent.

Cependant, l’enquête montre que les conducteurs sont plus prudents au volant quand ils conduisent dans le cadre professionnel. En effet, “27 % des actifs respectent davantage les limitations de vitesse lorsqu’ils se déplacent pour raison professionnelle que personnelle. De même, ils sont 40 % à reconnaître moins facilement conduire s’ils ont consommé plus de deux verres lorsqu’ils travaillent que lors d’un trajet personnel. Concernant les sanctions, ils sont 13 % à déclarer avoir perdu des points de permis dans le cadre professionnel contre 29 % dans le privé.

Alors que de façon générale, les conducteurs sont satisfaits de la voiture qu’ils conduisent, ils considèrent que leur entreprise ne fait assez de prévention sur les risques routiers. Ainsi 39 % des conducteurs indiquent une absence d’action et seuls 29 % indiquent que leur entreprise fait régulièrement des actions sur la prévention routière.

Ce ressenti des conducteurs se révèle être juste puisque selon l’étude, seul un actif sur quatre effectuant des trajets professionnels a déjà suivi au moins une formation de sensibilisation aux risques routiers.

Ainsi les conducteurs ont des attentes vis-à-vis de leur entreprise sur le sujet, de fait, selon l’enquête,  “30 % des actifs souhaitent l’organisation d’une journée sur ce thème, 29 % une réduction du nombre de déplacements professionnels, et 29 % la mise en place de formations dédiées. Cette dernière action est particulièrement sollicitée par ceux en ayant bénéficié par le passé (34 %), signe que ces derniers y ont vu un impact positif sur leur manière d’aborder le risque routier.


Laissez votre avis