Délinquance : Le taux de cambriolages en baisse de 4,75%

Selon le nouveau Service statistique ministériel de sécurité intérieure (SSMSI), le taux de cambriolages, comparé à celui de 2013, indiquent une baisse de 4,75% sur un an. Mercredi 19 novembre, Manuel Valls a communiqué quelques chiffres positifs tirés du bilan de la délinquance en France.

Le Parisien relevait ce matin que les cambriolages seraient en baisse de 4,75% sur l’ensemble du territoire au cours de cette année.

Cambriolages

L’importante diminution de ces délits a été observé en zone rurale, à l’image de la région Centre (baisse de 22,23%). De même pour la Picardie (chute de 18,17%), le Languedoc – Roussillon (-13,94%) et la Bretagne (-10,36%). La baisse majeure a été enregistré en Corse (-31,40%).

Cependant 6 régions de France sont en hausse de cambriolages. Notamment en région Limousine (hausse de 8,47%) ou encore Aquitaine (+7,92%).

Auto

Comparé à l’année précédente, le vol des véhicules a connu un recul considérable de 3,22%. En effet, sur les dix premiers mois de 2014, on relève le vol mensuel de 9.000 voitures sur l’ensemble du territoire, contre 9.300 sur la même période de 2013, et près de 10.600 en 2009.

Quant aux vols d’accessoires automobiles, on remarque qu’ils connaissent une augmentation régulière sur les cinq dernières années, avec 130.000 faits enregistrés en 2013 (hausse de 4,5%). Là encore, une amélioration se dessine depuis le printemps dernier, date à laquelle les chiffres sont passés sous la barre des 10.000 faits constatés par mois, contre 11.000 auparavant.

Vols à main armée

Une autre baisse conséquente concerne les vols à main armée à l’arme à feu (-13%). Selon le SSMSI, environ 400 faits mensuels ont été constatés depuis le début 2014, contre 460 l’an passé, et près de 510 en 2008.“Pour la première fois depuis plus de dix ans, le nombre de vols à main armée avec armes à feu pourrait être en dessous de la barre des 5 000 pour l’année 2014”, note-t-on au ministère de l’Intérieur.

Il faut cependant prendre les chiffres avec précaution. En effet, dans un communiqué daté du 18 juillet 2014, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) déclare que “depuis 2012, il est impossible de dire combien de faits constatés auraient été enregistrés si les outils et les pratiques de saisie n’avaient pas évolué, rendant les comparaisons impossibles, du moins pour ceux qui souhaitent comparer pour comprendre et non comparer pour se méprendre”.


Laissez votre avis