Assurance dépendance : 80% des Français souhaitent la création d’un label public

D’après le baromètre de l’OCIRP, la nécessité d’un label public sur les contrats d’assurance dépendance couvrant la perte d’autonomie s’impose massivement.

80% des Français souhaitent la création d’un label public sur les contrats d’assurance dépendance d’après le dernier baromètre de l’OCIRP qui regroupe de nombreuses institutions de prévoyance (Klésia, Malakoff Médéric, IRCEM, Réunica, Humanis…) gérées par les syndicats et patrons.

Les contrats d’assurance dépendance, souscrits auprès de ces groupes de protection sociale, de mutuelles ou d’assureurs privés, permettent de recevoir une rente mensuelle ou un capital lorsque se déclare un état de dépendance lourde ou partielle, c’est-à-dire une perte d’autonomie dans les gestes de la vie courante liée au vieillissement ou à un accident. Les contrats peuvent être individuels ou souscrits collectivement via l’entreprise.

Mais l’une des limites de ces contrats est leur manque de lisibilité. Difficile de comparer leurs prix en fonction de garanties identiques tant leurs énoncés, leurs vocabulaires, les critères de déclenchement de la perte d’autonomie et de la rente, leurs limites, franchises… peuvent varier d’un organisme à une autre. Depuis un an, les assureurs privés tentent donc par exemple de se rassembler autour du label GAD (garantie autonomie dépendance). Mais d’après ce sondage, les Français plébiscitent un label public.

Les assurances individuelles ne reçoivent pas non plus l’adhésion entière des consommateurs. 55 % d’entre eux pensent qu’un cadre collectif pourrait être la meilleure solution d’assurance dépendance en complément de la solidarité nationale. Presque les deux-tiers votent pour le cadre de l’entreprise, qui pourrait participer au financement de la dépendance à côté de l’État. Pas encore question pour autant de faire de la dépendance une des garantie socle des complémentaires santé collectives. Seulement 32% des Français et 41% des salariés sondés seraient d’accord pour intégrer l’assurance dépendance dans les mutuelles d’entreprise, qui au passage deviendront obligatoires d’ici à 2016.

La création d’un label public est donc la priorité pour clarifier le marché qui est appelé à grossir avec le vieillissement programmé de la population et une prise en charge encore très limitée par les pouvoirs publics.


2 commentaires sur

Laissez votre avis