Dépendance : « Rien n’est tranché », déclare Roselyne Bachelot-Narquin

Hier, Roselyne Bachelot-Narquin était l'invitée du Soir 3 sur France Télévision. A cette occasion, la ministre des Solidarités est notamment revenue sur le chantier de la dépendance.

Hier, Roselyne Bachelot-Narquin était l’invitée du Soir 3 sur France Télévision. A cette occasion, la ministre des Solidarités est notamment revenue sur le chantier de la dépendance.

Ces derniers jours, Roselyne Bachelot-Narquin multiplie les interventions dans les médias pour parler du futur financement de la dépendance. La ministre des Solidarités était hier l’invitée du Soir 3, où elle a tenu à apporter quelques précisions sur le chantier en cours.

« On ne part pas de rien », explique la ministre. « Il y a déjà 22Mds d’euros qui sont financés par la collectivité, dont 11Mds d’euros par l’Assurance-Maladie. Déjà, la solidarité nationale s’est manifestée. Mais il y a toutes sortes de questions à régler », ajoute cette dernière. « C’est pourquoi nous nous sommes réunis autour du premier ministre, nous avons fixé les contours des groupes de travail qui vont se réunir en début d’année ». Et Roselyne Bachelot de rappeler que « le financement est une des questions du problème, mais pas le seule ».

Compte tenu du coût important estimé de la dépendance (environ 30Mds d’euros par an),
la ministre a justifié le caractère exceptionnel des mesures à prendre pour résoudre le problème. « La dépendance est quelque chose qui est intervenu finalement assez récemment dans notre société, ça a surgi avec avec l’augmentation de l’espérance de vie. […] D’ici 2015, nous serons 2M de personnes âgées de plus de 85 ans », poursuit-elle.

Pas de financements privilégiés

Roselyne Bachelot-Narquin s’est pourtant bien gardée de lancer une piste de financement plus intéressante qu’une autre, préférant insister sur l’importance des rencontres entre pouvoirs public à venir pour la première moitié 2011. « Toutes les solutions sont sur la table ! », lance-t-elle. « Il y a beaucoup de moyens de financer la dépendance : augmentation de la CSG, recours sur succession, journée de la solidarité, imposition sur le patrimoine ou un remodelage des sommes considérables déjà mises sur la table ; rien n’est tranché. », ajoute la ministre.

Cette dernière a ensuite précisé, comme lors de ces dernières interventions, que des rencontres auront lieu entre pouvoirs publics dans les mois qui viennent, en ajoutant que « des débats auront lieu en région où chaque citoyen pourra participer ». Mme Bachelot ajoute enfin qu’un site internet sera également crée sur le sujet pour rassembler les avis avant une décision finale le 30 juin par le gouvernement et le président.


Laissez votre avis