Les assureurs mutualistes souhaitent une clarification du gouvernement

Pour le secrétaire général du Gema, représentant les assureurs mutualistes, le gouvernement doit préciser son projet de financement de la dépendance.

Les assureurs mutualistes espèrent une clarification du gouvernement sur le financement de la dépendance, selon Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema).

Lors d’un déplacement à Toulouse le vendredi 7 septembre, la ministre chargée des personnes âgées Michèle Delaunay avait assuré que la réforme prochaine concernant la dépendance serait « basée sur la solidarité nationale » et qu’il n’était nullement question « d’y faire entrer les assurances privées ».

« Nous voulons croire que la déclaration n’est pas une déclaration de guerre contre les assureurs », a expliqué à l’AFP le secrétaire général du Gema, principale instance de représentation des assureurs mutualistes.

Pour M. de Boissieu, « tout ce qu’on peut souhaiter, c’est que le gouvernement fasse le plus rapidement possible connaître ses projets sur la dépendance ».

« Nous attendrons de connaître le contenu du projet de loi pour voir s’il n’y a pas moyen de créer un partenariat public-privé », a-t-il ajouté, précisant que le Gema n’avait pas eu, à ce jour, de contact avec Mme Delaunay ou son équipe.

Le Gema a pris publiquement position, à plusieurs reprises ces dernières années, en faveur de la combinaison d’une base de couverture sur fonds publics avec un complément de couverture proposé par les assureurs.

M. de Boissieu s’est montré réservé sur la question de savoir si les pouvoirs publics seraient en mesure d’assurer seuls le financement de la dépendance.

Il rappelle qu’ « il y a déjà des départements qui ont du mal à financer l’Allocation personnalisée d’autonomie » (Apa), dont le financement leur incombe. « Je veux croire que la prise en charge par l’État n’épuisera pas les solutions de marché », a-t-il conclu.

En d’autres termes, les assureurs ne veulent pas rester sur la touche et souhaitent avoir la possibilité de jouer un rôle.

Avec AFP

A lire également :

Dépendance : Une loi avant la moitié du quinquennat ?


Laissez votre avis