La France se prépare à s’adapter au vieillissement

La réforme tant attendue de la dépendance devrait voir le jour d’ici la fin 2013, début 2014. A cet effet, trois rapports, dressant un état des lieux et proposant des axes de réflexion, ont été remis, lundi 11 mars, au gouvernement.

Nulle question de financement dans les rapports remis ce lundi au gouvernement. Le but des documents n’étant pas d’apporter des solutions pécuniaires mais de répondre à des problématiques sociétales. Les réflexions se sont donc articulées autour des trois thématiques : prévention, adaptation de la société et exemples étrangers.

Dans son rapport “adaptation de la société”, Luc Broussy, conseiller général du canton Louvres-Goussainville, a établi plusieurs propositions pour permettre à la France de se préparer efficacement au vieillissement de sa population. Ainsi recommande-t-il que l’aménagement des logements, des transports et des villes soient traités comme des priorités.

Adaptation des logements

Luc Broussy suggère, au niveau de l’agencement des habitations, que soient identifiés tous les éléments potentiellement dangereux pour une personne âgée en perte de mobilité. Comme des escaliers, une densité trop importante de meubles, ou des surélévations de pièces. En d’autres termes, que soit réalisé un diagnostic “habitat/mobilité” du logement par un ergothérapeute, quasi obligatoire une fois les 70/75 ans atteints. Une évaluation qui encouragerait les propriétaires à effectuer quelques travaux de mise en sécurité. Pour financer ce réaménagement spécifiquement destiné aux personnes âgées, les bailleurs bénéficieraient d’un crédit d’impôt de 25%.  Une mesure qui s’étendrait également aux descendants/aidants familiaux.

Dans le cas où l’habitation s’avèrerait impossible à accommoder, les personnes âgées pourraient être aiguillées vers des logements plus conformes à leur état. Luc Broussy recommande la création de quotas (20%) de constructions neuves adaptées, dans des “zones urbaines propices” à une population vieillissante. L’objectif étant de favoriser autant que possible le maintien à domicile, dans les meilleures conditions.

Enfin, toujours dans cette logique d’adaptation des logements, Luc Broussy conseille de renforcer les financements de l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat afin qu’elle puisse mener de plus larges missions, et qu’un label de qualité soit instauré et décerné aux artisans ayant participé aux travaux d’aménagement.

Adaptation des villes

Malgré l’amélioration de l’accessibilité au sein des villes, de nombreux points pèchent encore, entravant la libre circulation des handicapés autant que des personnes ayant des difficultés à se mouvoir. Ainsi Luc Broussy note-t-il que les lieux publics ne sont pas assez pourvus de bancs de repos, d’espaces verts ou de toilettes gratuites.

Adaptation des transports

Concernant les transports, Luc Broussy préconise de ne pas imposer aux conducteurs âgés de plus de 70 ans un examen d’évaluation. Une mesure pourtant poussée par les sénateurs. Selon le conseiller général, l’usage libre de la voiture reste pour les personnes vieillissantes un marqueur important d’autonomie. Il propose des solutions plus diplomatiques : la recommandation de stages d’évaluation facultatifs et, à l’image des conducteurs apprentis, une vignette indiquant le grand âge du conducteur. De même insiste-t-il sur l’importance que les constructeurs automobiles prennent part à cet enjeu du vieillissement, en adaptant certains véhicules dès leur conceptualisation.

Les trois rapports doivent désormais être examinés et épluchés. La faisabilité des propositions et leur impact sera étudiée dans les prochains mois. Quoi qu’il en soit, tel que l’annonçait Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, ils seront considérés comme un tout indivisible afin de donner naissance à une réforme globale et non fragmentée.


Laissez votre avis