Perte d’autonomie : les Français comptent sur l’Etat pour subventionner la dépendance

Alors que la dépendance prend une place de plus en plus importante dans les préoccupations des Français, le Baromètre Autonomie OCIRP 2014 révèle que les Français attendent de l’État qu’il subventionne une partie de la dépendance.

Le Baromètre Autonomie OCIRP 2014 révèle que la population française est peu informée sur la perte d’autonomie, ils seraient ainsi 73,4 % à ne pas connaître le coût mensuel de la perte d’autonomie.

Conscients que la famille seule ne peut pas affronter la perte d’autonomie d’un proche (53,8 %), 68,2 % des Français pensent que la dépendance doit trouver une réponse collective plutôt qu’individuelle, par ailleurs ils sont également 59,9 % à être pour un financement mixte qui associerait solidarité nationale et assurance complémentaire.

Cependant, alors que plus de la moitié des répondants (65,4 %) indique que l’assurance perte d’autonomie est une solution, l’assurance dépendance peine à décoller en France. Ainsi si 85 % des Français pensent qu’il faut se prémunir contre la dépendance, ils sont 71,4 % à admettre ne pas être couverts financièrement contre la perte d’autonomie.

Ce paradoxe est sûrement dû à l’hostilité des Français vis-à-vis des produits de prévoyance, mais également au fait que la plupart des contrats de prévoyance sont à fonds perdu. C’est-à-dire que si j’ai cotisé pendant 15 ans sur un contrat d’assurance dépendance et que je décède sans avoir été dépendant l’épargne de ce compte est perdue. Elle n’est débloquable que si je suis victime d’une perte d’autonomie. La réponse se trouve sûrement dans une refonte des produits d’assurance dépendance mais également dans une sensibilisation de la population sur la nécessité d’épargner et de prévenir la dépendance.

Ainsi, les Français considèrent que l’entreprise a aussi son rôle à jouer, ils sont près de 64,5% à penser que le complément au financement est du ressort de l’entreprise. Par ailleurs, 53,7 indiquent que les branches professionnelles sont également concernées par la perte d’autonomie.

Enfin, une écrasante majortié des répondants (80%) estiment qu’une réforme pérenne du financement de la perte d’autonomie est nécessaire avant 2017.


Laissez votre avis