Sponsoring : Départ de la Route du Rhum-La Banque Postale, Franck Cammas sur Groupama 3 se confie

Détenteur du Trophée Jules Verne sur son Groupama 3, Franck Cammas partira dimanche en solitaire sur son multicoque dessiné pour l’équipage. A l’instar d’Eric Tabarly à bord de Pen Duick VI sur l’O-Star 76, Cammas sait que son projet est raisonnable et la victoire possible…

Il est trop large pour passer les écluses du bassin Vauban et doit donc “dormir“ à l’extérieur, devant la gare maritime. Groupama 3 n’est pas le plus grand des trimarans de la catégorie Ultime – pour 50 cm seulement – mais il est de loin le plus large, le plus lourd et le plus toilé. Donc le plus difficile à manœuvrer en solitaire. Pas de quoi effrayer Franck Cammas qui, avec 1,70 m pour 62 kgs, n’a pourtant pas la carrure massive d’un Francis Joyon. Mais ne vous y trompez pas. Franck Cammas est un sacré athlète capable d’en montrer à des gabarits plus imposants. Natation, musculation et cyclisme sont ses occupations quotidiennes. Le cadre de vélo installé dans son cockpit lui permet ainsi de mouliner les winches en pédalant. Un moyen d’alterner avec les bras sur les moulins à café. Pour lui, encore plus pour les autres, il faudra savoir anticiper et s’adapter, notamment sur le départ.

Le départ :
« C’est un moment qu’il faut craindre. Je ne mettrai pas la toile en fonction des conditions météo, mais en fonction des manœuvres à réaliser. Si les petits camarades partent devant, ce n’est pas très grave. L’important n’est pas de partir le premier, mais d’arriver le premier. »

Le scénario météo idéal :
« Ce serait du portant dans la brise. Passer sous l’anticyclone et attraper les alizés avec du vent stable. Il faut limiter le nombre de changements de voile, et surtout que le petit temps ne dure pas trop longtemps.

Le plateau :
« Nos bateaux ne se sont jamais confrontés. On part un peu dans l’inconnu. Nous n’avons que des trimarans taillés pour réaliser des records autour du monde, donc pour naviguer vite au portant. Ils n’ont pas été construits pour la Route du Rhum.

Préparation :
« J’ai navigué une quinzaine de jours en solitaire sur Groupama 3. Cela correspond à environ 2500 milles. C’est sûr qu’avec la Volvo Ocean Race l’année prochaine, je n’ai pas pu me préparer comme il y a quatre ans. Mais en même temps, il y a moins de pression qu’il y a quatre ans. Si chaque manœuvre à bord est usante, j’aurai aussi plus de temps de repos entre les manœuvres que les autres.

Le tour de la Guadeloupe :
« Il vaudra mieux avoir de l’avance sur les adversaires à l’approche de l’île. S’il y a bagarre, cela ne va pas être facile à bord de Groupama 3. Mais ce ne sera pas simple non plus sur les autres multicoques de manœuvrer aussi prêt de la côte.

Dernière course en multi :
« Oui, les trois multicoques du team – Groupama 40, Groupama 2 et Groupama 3 – sont à vendre. Après le Rhum, je me consacrerai entièrement au monocoque, puisque nous avons prévu de disputer les deux prochaines éditions de la Volvo Ocean Race. Je referai du multi dans ma vie, plus tard, mais pas sur la prochaine Coupe de l’America en tout cas. »


un commentaire sur “Sponsoring : Départ de la Route du Rhum-La Banque Postale, Franck Cammas sur Groupama 3 se confie”

  • Romain Sandt Vues :

    Bien triste d'apprendre la vente de groupama 2 &3 qui en tant que lorientais font partie pour moi du paysage, nous avons eu du plaisir à voir ces bateaux être mis à l'eau, batailler en course et évoluer sur notre plan d'eau. Leur coques et voilures vertes me manquerons. Néanmoins, j'attend avec impatience de voir le 70" à l'oeuvre.

Laissez votre avis