Après Kalivia, un réseau de soins dentaires de Malakoff Médéric pourrait voir le jour

Les assurés de Malakoff Médéric pourront peut-être bientôt profiter d’un réseau de soins en dentaire selon Guillaume Sarkozy, délégué général de l’institution de prévoyance.

Pour assainir les pratiques et infléchir les tarifs en santé, les réseaux de soins avec des prix négociés entre la complémentaire santé et les professionnels agréés ont la faveur de Guillaume Sarkozy, délégué général de Malakoff Médéric.

Dans une interview vidéo donnée aux Échos, il assure ainsi qu’à l’intérieur de Kalivia, le réseau de soins optiques (4.200 praticiens soit un tiers du marché), les tarifs sont 30% inférieurs à ceux du marché. Kalivia revendique la première place en nombre de professionnels. A côté d’un autre réseau en audioprothèse, un réseau de soins en dentaire pourrait aussi bientôt émerger chez Malakoff Médéric. Des discussions sont en cours avec des syndicats de dentistes, annonce Guillaume Sarkozy. Il regrette également que la loi ne puisse pas permettre de créer un réseau de soins pour la médecine de ville.

A contrario, il s’oppose au projet de décret santé sur lequel planche toujours le gouvernement. Ce texte pourrait limiter le montant de remboursement des mutuelles santé pour les dépassements d’honoraires de spécialistes ou encore pour les tarifs des lunettes. En optique, les complémentaires santé ne pourraient ainsi rembourser plus que 200 euros au maximum d’ici à 2018, selon les informations du Monde.

Cette mesure vise à atteindre indirectement le praticien et le pousser à modérer ses tarifs, quitte à pénaliser les clients. “Lorsque les opticiens proposent des prix qui sont calés sur le montant des garanties visibles sur la carte de mutuelles, il s’agit bien de fraude. On n’a pas le droit d’afficher un prix à la tête du client, si j’ose dire“, réagit Guillaume Sarkozy. Le plafonnement des garanties des mutuelles “ne limitera pas les tarifs des professionnels de santé, cela augmentera le reste à charge des clients“, explique le responsable de l’institution de prévoyance.


Laissez votre avis