Assurance maladie / Antibiotiques : Une étude révèle l’ignorance des française sur les résistances bactériennes

Un Français sur trois n’a jamais entendu parler des résistances bactériennes causées par la trop grosse consommation d’antibiotiques, selon un sondage réalisé à la demande de l’Assurance maladie à l’occasion de la 3e journée européenne de sensibilisation au bon usage des antibiotiques.

La consommation inappropriée d’antibiotiques contribue au développement de résistances “qui réduisent l’efficacité du traitement des maladies bactériennes”, rappelle dans un communiqué l’Assurance Maladie.

Les résultats du baromètre BVA sur le sujet (échantillon de 1017 personnes avec en plus 301 parents d’enfants de moins de 6 ans, questionnaire par téléphone, 11-26 mars 2010) font apparaître qu’un Français sur trois n’a jamais entendu parler des résistances bactériennes, et que, parmi ceux qui en ont entendu parler, 16% seulement sont capables d’expliquer de quoi il s’agit et de les relier à la consommation inadaptée d’antibiotiques.

65% des Français interrogés pensent en outre que “bien suivre son ordonnance ne regarde que soi”. L’Assurance maladie souligne à cet égard que les résistances bactériennes peuvent avoir des conséquences extrêmement concrètes sur la santé d’un patient mais aussi sur celle de son entourage, accroissant les difficultés de traitement. “Prendre inutilement un antibiotique c’est prendre le risque qu’il soit inefficace le jour où le patient en aura vraiment besoin”, souligne-t-elle. En outre, “comme tous les microbes les bactéries résistantes se transmettent”, particulièrement aux proches.

Rendre les bactéries résistantes met aussi en péril certains actes médicaux ou chirurgicaux – transplantations, pose de prothèse de hanche, soins intensifs… – qui seraient rendus impossibles sans antibiotiques efficaces.

Selon l’Assurance maladie, on constate une reprise de la consommation depuis 2007. 26% des prescriptions d’antibiotiques concernent des infections virales telles que bronchites ou grippe, alors qu’ils sont inutiles contre ces maladies. Et deux médecins sur cinq déclarent subir de la part de leurs patients une pression pour en obtenir une prescription, même si elle est inutile. Il est vrai que seuls 13 % des Français savent que les antibiotiques sont inefficaces en cas de bronchite aiguë, et 39% en cas d’angine virale.

L’Assurance Maladie va donc lancer une communication sur différents médias sur le thème : “En cas d’angine virale, pas d’antibiotiques”, “En cas de bronchite aiguë, pas d’antibiotiques”.

Paris, 18 novembre 2010 (AFP)


Laissez votre avis