Assurance maladie : Quels actes chirurgicaux affichent encore des tarifs excessifs ?

Selon un rapport annuel de l’Assurance maladie, examiné hier par son conseil d’administration, de nombreux actes chirurgicaux restent encore trop chers. Les opérations légères et bénignes sont pointées du doigt.

L’Assurance maladie a achevé son rapport annuel (année de référence 2011) sur ses dépenses de santé. L’AFP s’est procurée une copie du texte avant qu’il ne soit présenté en conseil d’administration hier.

Ainsi, on apprend que sur un total de 146Mds d’euros de dépenses, 29,9Mds ont été dédiés aux “hospitalisations ponctuelles”, des opérations légères et bénignes, soit 21%. 7,3 millions de Français ont bénéficié de ces actes au coût moyen de 3.500 euros, représentant 10,5 millions de visites à l’hôpital ou en clinique privée.

Parmi les opérations les plus communes, on note 18% de chirurgies fonctionnelles (cataracte pour un prix moyen de 1.289 euros, main, poignet, jambe, bouche, dents, hernies…) et 11% d’endoscopies digestives.

Toutes les interventions sont-elles pertinentes ?

En analysant ses dépenses encore trop conséquentes, le rapport de l’Assurance maladie s’interroge: tous les actes recensés sont-ils nécessaires et légitimes ? C’est le cas par exemple l’ablation préventive de la thyroïde (40.000 chaque année) ou l’échographie préalable et la cytoponction pour évaluer le risque de cancer qui ne sont pas toujours réalisées.

De même, la chirurgie de l’obésité, ou l’ablation des amygdales, végétations, et vésicule biliaire restent très couteuses alors qu’elles ne sont pas toujours justifiées en raison des traitements alternatifs existants.

Un second rapport, tourné davantage sur le caractère financier, sera remis la semaine prochaine en vue de préparer le prochain budget alloué à la Sécurité sociale.


Laissez votre avis