Edito : Réclamez la circulation alternée à votre assureur

S’il est un secteur directement intéressé par la circulation alternée en agglomération, c’est bien celui de l’assurance.

Le 17 mars dernier, le gouvernement décidait d’essayer la circulation alternée. Après une semaine de pollution extrême, la solution – radicale – a été mise en place et a directement porté ses fruits. Avec 25% de véhicules en moins en région parisienne, des axes habituellement encombrés qui étaient dégagés, un air plus respirable, le bilan que tirait le gouvernement était bon.

Pour les assureurs, ces mesures se sont forcément révélées positives : moins de voiture en circulation, ce sont moins de kilomètres parcourus, et, logiquement, moins d’accidents. La Sécurité routière n’a pas, de son côté, tiré de bilan de la journée, mais il serait logiquement favorable tant la baisse des kilomètres réalisés impacte la mortalité routière. Ce fut le cas quand les prix de l’essence explosaient en 2009 déjà.

Moins de pollution, pour votre “assureur-mutuelle” santé, c’est également positif. Ce sont moins de consultations, moins de traitements, moins d’arrêts de travail… Quand l’OMS révèle que 7 millions de personnes meurent dans le monde à cause de la pollution, l’enjeu est très clair. Là encore, la mesure est positive.

On peut alors facilement imaginer l’aspect bénéfique de cette journée à court terme, comme à moyen terme. Le réchauffement climatique, considéré par le secteur de l’assurance des biens comme le plus grand instigateur des grandes catastrophes naturelles, est un point noir sur lequel les experts se penchent avec sagacité.

Vous noterez par ailleurs que les assureurs accordent des remises pour les utilisateurs des transports en commun, comme parfois sur les véhicules hybrides. La raison est un peu commerciale, certes, mais elle tient aussi aux calculs menés avant d’établir un tarif et une réduction : tous les points mentionnés ci-dessus sont pris en compte, sans parler du fait que les véhicules hybrides sont moins volés que les véhicules classiques, et qu’une voiture ancienne, par nature plus polluante, est rarement assurée pour cher.

Autant de points qui devraient vous encourager à demander un effort supplémentaire à votre assureur : pour le bien de votre portefeuille, du sien, et de la planète


Laissez votre avis