Santé : La LMDE placée sous administration provisoire, les remboursements des étudiants garantis par l’Etat

Après les dérives financières de la LMDE, placée sous le contrôle de son autorité de tutelle, l’Etat rassure les étudiants sur la pérennité du régime.  

A la veille des inscriptions pour la rentrée universitaire prochaine, la sanction est lourde de sens pour la LMDE qui a été placée sous administration provisoire par l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le gendarme des assurances et mutuelles.

A cause de ses difficultés financières et des dysfonctionnements en matière de relation avec les assurés, mis au grand jour par un rapport du Sénat en septembre 2012 puis par la Cour des comptes en 2013, les administrateurs de la mutuelle des étudiants ont été déchargés provisoirement de leurs fonctions et remplacés. Avant d’en prendre totalement les commandes, l’ACPR surveillait déjà la LMDE depuis un an et demi.

Les deux objectifs de cette mesure forte sont d’assurer une meilleure gestion de la mutuelle, notamment sur la transparence de ses frais de gestion réputés élevés et d’améliorer la qualité de service aux assurés.

Pas d’inquiétudes pour les étudiants

En attendant, pour les étudiants, rien ne devrait changer, ni pour les remboursements des soins en cours ni pour les prochaines inscriptions à la Sécurité sociale étudiante.

“Cette décision temporaire ne remet pas en cause le remboursement des soins aux étudiants, qui est garanti et continuera à être assuré. Les étudiants peuvent donc envisager sans risque leur affiliation au régime étudiant de sécurité sociale géré par la LMDE ou les mutuelles du réseau EMEVIA lors de leurs inscriptions universitaires à venir“, indique le gouvernement dans un communiqué de presse, lundi 7 juillet.

Sur le fond, le gouvernement réaffirme son attachement au modèle actuel d’un régime à part de Sécurité sociale pour les étudiants, géré par délégation par deux mutuelles : la LMDE et EmeVia (réseau de 11 mutuelles étudiantes régionales). Ces mêmes mutuelles proposent aussi des complémentaires santé aux étudiants. Pour permettre à la LMDE de survivre, elle suit un processus de rapprochement avec la MGEN.

Plus radicaux, l’association de consommateur UFC-Que Choisir et la Fage (Fédération des associations générales étudiantes), grande organisation étudiante après l’Unef (Union Nationale des Étudiants de France), auteurs d’une pétition en début de l’année, estiment qu’il faudrait faire table rase de ce modèle et rattacher les étudiants au régime général.

 


Laissez votre avis