Santé / Contraception : Le Planning familial demande la hausse du forfait IVG promise depuis un an

Le Planning familial a réclamé une nouvelle fois jeudi la hausse du forfait versé par la Sécurité sociale aux hôpitaux pratiquant des interruptions volontaires de grossesse (IVG), promise par le gouvernement depuis un an.

Suite à un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) pointant notamment la faiblesse des forfaits IVG, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot –devenue entre-temps ministre des Solidarités– avait promis il y a un an une augmentation.

Elle avait de nouveau promis en novembre une hausse “de 50% d’ici la fin de l’année”. “L’annonce, le 8 mars 2010 de l’augmentation du tarif de l’IVG, réaffirmée en novembre 2010 n’est toujours pas suivie d’effet”, déplore le Planning familial dans un communiqué.

L’organisme rappelle qu’il a envoyé en janvier, avec deux autres organisations, “un recours gracieux” à François Fillon pour lui demander l’application de loi de 2001, qui était censée faciliter l’accès à l’IVG et à la contraception. “A ce jour, aucune réponse officieuse ou officielle n’a été faite aux associations sur les suites données à ce recours, alors que les besoins des femmes, des couples et des jeunes dans ces domaines ne sont toujours pas pris en considération”, poursuit le Planning.

“Face à l’immobilisme, les associations saisiront les juridictions compétentes pour que la loi de 2001″ (…) soit enfin appliquée”, conclut l’organisme.

Interrogé par l’AFP, l’entourage du ministre de la Santé Xavier Bertrand a renvoyé sur Matignon. Sollicité à son tour, l’entourage du Premier ministre a répondu que les tarifs de l’IVG seraient “bien instaurés conformément au calendrier annoncé par Roselyne Bachelot”.

Le prix limite du forfait pour une hospitalisation de moins de 12 heures pour une IVG chirurgicale avec anesthésie générale est de 383,32 euros et de 257,91 euros pour une IVG médicamenteuse.

Paris, 10 mars 2011 (AFP)


Laissez votre avis