Santé: entre 70 et 80% des médecins en grève pour les fêtes de fin d’année

Les médecins ont déclaré “la guerre” à la réforme de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Les médecins de garde pourraient également ne pas assurer le service des urgences pendant les fêtes de Noël. Entre 70 et 80 % des médecins seront en grève pour les fêtes de fin d’année.

La sortie de la loi de santé du gouvernement a créé une grande polémique au sein du secteur médical. Entre 70 et 80 % des médecins ont déclaré la grève entre le 24 et le 31 décembre. Et selon les informations d’Europe 1, certains prévoient même de ne pas assurer le système de garde, habituellement prévu pour les urgences médicales.

La grogne monte

La réforme a touché toutes les professions du secteur médical. Le tiers payant se plaint les contraintes qu’on leur impose pour les avances de frais. Les médecins et les infirmiers sont révoltés par la possibilité pour les pharmaciens de procéder à la vaccination des patients alors qu’il s’agit d’un acte purement médical. Mais la loi prévoit également que les infirmiers cliniciens aient la possibilité de porter des diagnostics et de prescrire des examens complémentaires ainsi que des traitements. Le secteur de l’hospitalisation privée revendique l’équité et le respect dont il considère se trouver privé à cause de la nouvelle réforme. La tension monte au sein de la profession.

Le premier syndicat à avoir lancé la menace de grève était MG France (Fédération française des médecins généralistes). Puis les autres syndicats l’ont suivi. Ainsi, les cliniques fermeront leurs portes dès le 5 janvier (les rendez-vous ne seront plus pris à partir du 24 décembre) et les internes qui ont fait déjà 24 heures de grève la semaine dernière. Désormais, c’est la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) qui appelle les professionnels de la santé à ne plus assurer le dispositif de garde minimal.

Les patients devront s’organiser

En temps normal, les jours fériés et les week-ends, les médecins s’organisent pour assurer tout une garde. Ce système est instauré depuis longtemps et fonctionne sur la base du volontariat. Or, cette année certains d’entre eux sont prêts à refuser la garde pour Noël et le jour de l’An.

Face à ce mécontentement, l’État, par les préfets, compte réquisitionner les praticiens pour assurer la permanence des soins. “D’ores et déjà, il y a des réunions du Comité départemental d’aide médical d’urgence, qui prévoit des tableaux de garde pour procéder à des réquisitions préfectorales. Et dans beaucoup de spécialités, ce mouvement de mécontentement va jusqu’à l’arrêt de la permanence des soins. Et donc la nécessité d’être réquisitionné et de recevoir un ordre de réquisition, par le préfet”, explique le Dr Jean-Paul Ortiz sur Europe 1. Les médecins n’auront pas d’autre choix que d’obéir. La guerre entre les médecins et la ministre de santé est donc bel et bien déclarée.

D’après une étude du Figaro, publiée au mois de novembre, le délai d’attente aux urgences est estimé à 30 minutes. Si la grève aura bien lieu comme prévu, inutile de prendre rendez-vous pendant la dernière semaine de l’année. Dans chaque département, un numéro spécial est mis à disposition, et il est possible d’accéder au service du territoire en composant le 15. Un médecin médiateur sera à l’écoute et pourra orienter les patients vers une maison de garde ouverte ou une permanence de soins. Les cas les plus urgents ne seront pas ignorés, une ambulance sera envoyée et une prise en charge aura lieu. Si la consultation par téléphone concerne les traitements dits “de routine”, le médecin médiateur pourra fixer une ordonnance vers une pharmacie de garde, où le malade pourra récupérer ses médicaments.


Laissez votre avis