Santé / Etudiants : Une enquête critique le fonctionnement des mutuelles

Une enquête publiée par l’UFC-Que choisir critique sévèrement l’opacité et le coût des mutuelles étudiantes, en pleine période de préparation de la rentrée universitaire.

L’association UFC-Que choisir a fortement critiqué, dans un communiqué publié ce mercredi 12 septembre, le fonctionnement des mutuelles étudiantes et appelle à une remise à plat d’un système qu’elle juge défavorable pour ceux censés en bénéficier, mais également coûteux pour les collectivités.

Alors que se prépare la rentrée universitaire, une enquête a été menée par l’organisme de défense des consommateurs sur l’organisation et l’activité de ces mutuelles étudiantes, onze au total, à la suite de plaintes d’étudiants.

Les résultats dénoncent l’opacité au niveau de l’information aux étudiants, les difficultés qu’ils rencontrent pour être en contact avec un interlocuteur de leur mutuelle ainsi que les frais de gestion trop élevés.

Clauses abusives…

Selon l’organisation, un tiers des nouveaux inscrits, soit 180.000 étudiants, attend plus de trois mois sa carte vitale et ne peut donc, pendant ce délai, bénéficier du tiers payant.

Des clauses abusives, dans les contrats de complémentaires santé de toutes les mutuelles étudiantes, ont également été pointées du doigt par les juristes de l’UFC-Que choisir.

Celles qui reviennent le plus concernent l’impossibilité de résilier un contrat modifié de manière unilatérale par les mutuelles (notamment sur les cotisations et les remboursements), l’obligation du mode de paiement par prélèvements, les délais trop courts pour la déclaration des sinistres et la limitation des recours en cas de litige.

Enfin, l’association dénonce « une anomalie préjudiciable aux étudiants et à la collectivité »par le fait que la Sécurité sociale étudiante soit confiée aux mutuelles, ce qui est « une singularité française ».

A ce titre, elle demande que la gestion du régime étudiant soit déléguée aux Caisses primaires d’assurance maladie (CPAM), ce qui pourrait engendrer jusqu’à 90M d’euros d’économie annuelle pour l’État, selon elle.

Avec AFP

A lire également :

Qu’est-ce que l’assurance maladie pour les étudiants ?


Laissez votre avis