Santé : Le Ciss met le gouvernement face à ses contradictions

2011 doit être l'année des patients et de leurs droits. Pourtant rien n'est moins sûr pour le Ciss qui pointe du doigt les récentes mesures de déremboursements.

2011 doit être l’année des patients et de leurs droits. Pourtant rien n’est moins sûr pour le Collectif inter associatif sur la santé qui pointe du doigt les récentes mesures de déremboursements de l’Assurance Maladie.

Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, avait promis que 2011, serait « l’année des patients et de leurs droits ». A quelques jours du passage à la nouvelle année, le gouvernement reste silencieux sur ce sujet, fait remarquer le Ciss. « Aucun des acteurs des travaux préparatoires ne semble avoir de confirmation de la décision prise par l’ancienne ministre de la Santé et des Sports » note le collectif dans un communiqué.

« D’un certain point de vue, on comprend que les pouvoirs publics réfléchissent, tant d’annonces allant en sens inverse » poursuit-il. Le budget de la Sécurité sociale pour 2011 est en effet placé sous le signe de la rigueur, avec de nouvelles mesures de déremboursements de médicaments et de dispositifs médicaux. La consultation médicale va en outre être revalorisé de un euro et le président de la République a annoncé réfléchir à une rémunération graduée des médecins – sur une échelle comprise entre 11 euros et 70 euros – à la suite du rapport Hubert.

Le collectif inter associatif rappelle donc au gouvernement les directions à prendre pour améliorer les droits des patients : « une meilleure information des patients, un renouvellement de la loi de santé prévue pour 2009, mais toujours pas à l’ordre du jour, le respect de la dimension personnelle dans la relation de soin en établissement ». Enfin, « Une plus grande transparence dans les décisions de santé est impérative à la lumière de l’affaire du Médiator ».


Laissez votre avis