Santé : les “cartes santé” pour les sans-abris créent une polémique à Marseille

À Marseille, le Samu Social distribue la “carte santé” à tous les sans-abris. Le badge, en forme de triangle jaune, doit être porté de manière visible et comportera les données personnelles. Un dispositif contesté par la majeure partie du monde associatif et la ministre de la santé, Marisol Touraine.

Mercredi 3 décembre, une centaine de personnes du monde associatif s’est mobilisée devant l’hôtel de ville de Marseille pour protester contre le nouveau dispositif du service social destiné aux sans-abris de la ville. Selon elles, la “carte santé” est source de discrimination.

La carte portera, la photo, le nom, prénom, le numéro de sécurité sociale et les pathologies de la personne. “Cette carte, qui nʼa pas vocation à être visible de tous, permet avant tout aux pompiers et au personnel soignant de recueillir des données essentielles afin d’identifier, d’aider efficacement et souvent de sauver la vie de ces personnes dépourvues de tout lien social. Elle ne contient aucune information médicale destinée à rester confidentielle autre que le groupe sanguin du porteur”, se défend des accusations portées, Xavier Mery, adjoint au Maire délégué à l’intégration et à la lutte contre l’exclusion.

Cependant pour Cendrine Labaume, coordinatrice générale de l’association humanitaire des Médecins du Monde, ces cartes présentent une atteinte à la liberté individuelle. “C’est une violation du secret médical. Même avec le consentement du patient un tel outil – très personnel – reste illégal. Et puis, de quel droit stigmatise-t-on la population par rapport à ses besoins de santé ?”, s’interroge-t-elle.

Autre polémique qui heurte les organismes associatifs : le triangle jaune. “Ce signe discriminatoire n’avancera en rien la prise en charge des personnes. Lorsqu’un patient sans-abri vient aux urgences et que le médecin n’a pas toutes les réponses, il peut les obtenir auprès de ces collègues. Je ne vois donc pas l’utilité de cette carte”, poursuit la coordinatrice générale des Médecins du Monde.

En effet, la plupart des SDF marseillais pense que cette carte ne les aidera en rien, à part leur reconnaissance et une attente encore plus prolongée aux urgences.

“Cette démarche me paraît absolument contraire à toute l’éthique qui doit présider à la prise en charge sanitaire de nos concitoyens et je souhaite que les initiateurs de cette démarche y mettent fin le plus rapidement possible”, a réagi la ministre de la Santé Marisol Touraine, en marge d’une visite pour les assises des CHU et le salon professionnel HopitalExpo Méditerranée, selon l’AFP.

Pour le moment, le service communication de la mairie de Marseille, annonce qu’il n’y a pas eu de décisions prises quant à l’annulation de ces “cartes santé”.


Laissez votre avis