Santé : Les lunettes seront-elles finalement déremboursées par la Sécu ?

Alors que la Cour des Comptes préconise la fin du remboursement des lunettes par la Sécu, la ministre de la Santé monte au créneau et les réactions ne se font pas attendre.

La fin de la prise en charge des lunettes et des lentilles par la Sécurité sociale n’est pas tranchée. Si le dernier rapport de la Cour des Comptes préconise vivement cette mesure, Marisol Touraine a tout de suite réagi dans les colonnes de Ouest France, annonçant qu’“il n’y aura pas de déremboursement”. La ministre de la Santé s’est plutôt dite ouverte à “une concertation et un dialogue pour faire en sorte de peser sur les prix”.

Les réserves de la ministre de la Santé, semblent également partagées par les opticiens, eux aussi directement concernés par la future mesure. “Il y a une condition suspensive à cet arrêt des remboursements de l’optique par la Sécurité sociale, il faut que tout le monde ait une complémentaire santé. Ce n’est pas le cas aujourd’hui et ce n’est pas demain la veille”, déclare Alain Gerbel, président de la Fédération nationale des opticiens de France (FNOF).

Une mesure sans véritable incidence ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette proposition fait réagir, malgré la faible participation de l’assurance maladie dans les remboursements des soins optiques.

En 2011, la Sécurité sociale a déboursé environ 200M d’euros, contre 3,6Mds pour les mutuelles (complémentaires santé), mais ce sont ces dernières qui devront absorber ce probable retrait de la Sécu.

“Aujourd’hui, ce sujet sur le remboursement de l’optique rejoint d’autres sujets, qui posent notamment la question du transfert de charges entre l’assurance maladie et les complémentaires”, explique Fabrice Henry, président de l’Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire (Unocam) qui regroupe mutuelles et assureurs santé.

Certains acteurs y trouvent pourtant leur compte, indiquant que le système ne peut plus fonctionner en l’état. “Cette mesure aura un impact d’image important mais un impact économique marginal”, explique Christophe Rateau, directeur du développement et de l’offre mutualiste de la mutuelle Unéo. “Souvent les réseaux d’opticiens ‘prédéduisent’ déjà la part de la Sécu et prennent ensuite le recouvrement à leur charge, il n’y aura rien d’extraordinaire”, précise-t-il. “Si la Sécu se désengage, cela devrait même assainir les choses et légitimer la démarche de la mutuelle auprès des réseaux dont la tarification est aujourd’hui transparente pour nos adhérents”, avance ensuite M. Rateau. “Je pense qu’il est bien d’acter cet état de fait, car nous attendons depuis plusieurs années de sortir d’un cadre conventionnel tripartite compliqué et peu justifié pour l’optique”, conclut-il.

Vers la Déconstruction d’un système solidaire

Pour certains, le risque de désengagement de la Sécu pour l’optique pourrait ouvrir la boîte de Pandore aux acteurs privés qui pourraient alors s’emparer du secteur dentaire ou auditif par exemple.

“On risque la déconstruction d’un système solidaire alors même que l’accès à la santé et la protection sociale est garantie par la constitution”, ajoute M. Gerbel. “On est en train de tuer un dispositif pour prendre des parts de marché. L’Etat a intérêt à transférer de la dette sociale vers le privé pour alléger sa propre dette, et le privé lorgne sur la santé. Mais quels sont les moyens que se donnera l’exécutif pour vérifier que ces organismes répondent correctement à la demande des assurés ?”, demande-t-il.

La préconisation de la cour des Comptes intervient à quelques jours de la commission des comptes de la Sécurité sociale prévue le 26 septembre prochain. Dans la foulée, d’autres propositions seront formulées par le gouvernement dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2014.


Laissez votre avis