L’assurance-maladie s’inquiète de la hausse des opérations d’amaigrissement

L’Assurance-maladie s’inquiète de la hausse du nombre d’interventions chirurgicales lourdes destinées à perdre du poids. Risquées, ces opérations touchent aujourd’hui en France plus de 30.000 personnes dont 80% de femmes.

Dans une récente étude, la Sécu réclame plus de clarté sur les interventions chirurgicales destinées à perdre du poids, de plus en plus fréquentes chez les personnes obèses. En 2011, plus de 30.000 patients en fort surpoids auraient subi des opérations destinées à maigrir, un chiffre qui a doublé en 5 ans.

La chirurgie bariatrique n’est pas sans risques et la Cnam (Caisse nationale d’assurance-maladie) a donc demandé des contrôles à 35 des 425 établissements hospitaliers pratiquant ces opérations, afin de vérifier les bonnes pratiques.

Les jeunes patients en question

Ces opérations (pose d’anneau gastrique, by-pass, sleeve gastrectomie) souvent irréversibles, posent la question de l’âge des patients sur qui elles sont pratiquées. En effet, sur l’ensemble des interventions chirurgicales concernant des obèses, 700 impliquent des personnes de moins de vingt ans.

Ainsi, l’assurance-maladie demande à ce que ces opération ne soient effectuées qu’en dernier recours et rappelle que derrière la perte rapide des kilos, des troubles physiques et psychiques dangereux peuvent apparaitre : « douleurs, troubles digestifs, carences alimentaires qui font que les patients doivent prendre des comprimés de vitamine à vie après leur opération », explique notamment Santé Magazine.


Laissez votre avis