Santé / Sécu : La substitution de médicaments originaux par des génériques en hausse

Les médicaments génériques se substituent de plus en plus aux médicaments originaux selon la Caisse nationale d’assurance maladie. Le taux de remplacement atteint un niveau de près de 80%.

Le taux de substitution des médicaments originaux (princeps) par des médicaments génériques progresse.
Il est désormais d’environ 80%, selon une annonce de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) à l’AFP, mercredi 19 septembre.

L’organisme de santé publique ambitionne toujours un taux de substitution de 85% d’ici à la fin de l’année 2012.

La Cnam, qui a économisé 1,4Md d’euros grâce aux génériques en 2011, s’était fortement inquiétée au printemps dernier de la baisse de la consommation de ce type de médicaments. Le taux de substitution avait chuté à 72% au mois d’avril.

Elle avait alors affiché sa volonté d’inverser la tendance, notamment dans le cadre de la nouvelle convention des pharmaciens prévoyant de renforcer le dispositif « tiers payant contre générique ».

Ce mécanisme, dorénavant inclus dans la rémunération des pharmaciens, impose que les patients qui refusent un médicament générique en officine ne puissent pas bénéficier du tiers payant, qui dispense les assurés sociaux d’avancer les frais médicaux.

Mais « nous avons constaté cet été que le dispositif n’était pas appliqué de façon homogène selon les régions » a indiqué à l’AFP Marc Morel, directeur du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss).

Ainsi, certaines pharmacies ont refusé le tiers payant à des patients pourtant munis d’une ordonnance avec la mention NS (non substituable) apposée par le médecin, a-t-il souligné.

Lors d’un entretien mercredi avec le Ciss et la FNAIR (Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux), le directeur de la Cnam Frédéric van Roekeghem a déclaré avoir adressé une lettre aux directeurs de caisses, le 12 septembre, pour leur rappeler « les règles à cet égard », informent les deux associations dans des communiqués distincts.

Les ordonnances portant la mention manuscrite NS ne sont pas concernées par le dispositif « tiers payant contre générique », de même que certains médicaments (lévothyroxine, buprémorphine, mycophénolate mofetil ainsi que les anti-épileptiques).

Avec AFP

A lire également :

Santé : Pas de tiers payant sans génériques
Assurance maladie : Une pharmacie sanctionnée pour vente insuffisante de génériques


Laissez votre avis