Votre médicament acheté sur internet provient-il d’un site légal ?

L’explosion de l’achat de médicaments sur internet a entrainé la prolifération de nombreux sites de vente, pas toujours légaux. Le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens soupçonne 40 officines virtuelles d’œuvrer frauduleusement.

Dans un entretien accordé jeudi 8 aout à l’Agence presse médicale (APM), Jacques Fortuit, vice-président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, a confié détenir actuellement une liste de 40 sites illégaux de vente de médicaments en ligne. La veille, l’Ordre portait déjà plainte contre 11 d’entre eux. Une enquête sera bientôt ouverte contre ces plateformes, généralement étrangères, qui usurpent le nom de sites autorisés pour passer entre les mailles du filet et flouer les consommateurs.

Quels risques en cas d’achat de médicaments auprès d’un site illégal ?

Depuis le 2 janvier 2013, le commerce virtuel de médicaments (sans prescription uniquement) est rigoureusement encadré dans l’hexagone. A ce jour, seuls les pharmaciens, détenant une officine physique, sont habilités à vendre sur internet si leur agence régionale de santé (ARS) les y autorise.

Acheter un médicament auprès d’un organisme frauduleux peut exposer à de graves risques. Notamment parce que le traitement est contrefait dans la majorité des cas. Il pourra alors présenter de nombreuses anomalies dans la composition de ses molécules, le sur-dosage et le sous-dosage, ou encore faire apparaître des substances nocives et contre-indiquées.

Pour ne pas être trompé, le ministère des Affaires sociales et de la santé, ainsi que l’Ordre national des pharmaciens, ont diffusé sur leurs sites respectifs la liste des sites autorisés à la vente de médicaments sur Internet.

L’identification des sites internet légaux garantie par la présence d’un logo

Un logo pourrait largement aidé les consommateurs. “L’identification des sites internet qui proposent légalement la vente de médicaments sera prochainement garantie par la présence d’un logo officiel reconnaissable dans l’ensemble de l’Union européenne. Ce logo sera créé en 2013 par les autorités européennes et sera clairement affiché sur toutes les pages du site web vendant des médicaments. Un lien cliquable vers les sites internet de l’Ordre des pharmaciens et du ministère chargé de la santé sera mis en place afin que le patient puisse vérifier que le vendeur est dûment autorisé” détaille sur son site le ministère de la Santé, en fin de liste des officines référencées.

A l’heure actuelle, chaque pays européen met en place son propre dispositif de vente en ligne de médicaments. A l’issue de cette étape, un site unique européen permettra de répertorier les sites légalement autorisés dans chaque pays européen. Chaque site européen doit se conformer à la réglementation du pays dans lequel il vend le médicament. Notamment, il doit respecter la liste des médicaments autorisés à la vente en ligne en fonction de la législation du pays” précise encore le ministère.


2 commentaires sur

Laissez votre avis