Agriculture / Sécheresse : Le fonds de garantie agricole réunit en juin ?

Le gouvernement va réunir en juin le fonds de garantie des calamités agricoles pour aider les exploitants frappés par la sécheresse, a déclaré lundi le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.

Le gouvernement va réunir en juin le fonds de garantie des calamités agricoles pour aider les exploitants frappés par la sécheresse, a déclaré lundi le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire.

« Je vais (…) réunir le fonds national de garantie des calamités agricoles d’ici la fin du mois de juin, et pour cela, je vais rassembler les préfets de région dans les tout prochains jours, sous huitaine, pour faire le point avec eux, exploitation par exploitation, des besoins financiers », a déclaré M. Le Maire sur Europe 1.

Ce fonds est doté d’une centaine de millions d’euros, a rappelé le ministre. M. Le Maire a également annoncé que le gouvernement allait « lever les contraintes qui pèsent sur les mesures agroenvironnementales », ce qui signifie que les exploitants pourront faucher dès maintenant, alors que dans certains départements, cela était prévu le 15 juin.

« Il y a une situation d’urgence », a déclaré M. Le Maire qui a estimé que l’agriculture française était en « crise » sur « plus de la moitié du territoire, en raison des conséquences de la sécheresse », qui va provoquer des rendements plus faibles et qui pousse certains éleveurs à abattre une partie de leur bétail pour pouvoir nourrir leurs bêtes.

Interrogé sur les rapports entre exploitants et banques et assurances, M. Le Maire a appelé à la « solidarité ». « Il est normal que les banques que nous avons soutenues pendant la période de crise en 2008 jouent aussi le jeu et voient ce qu’elles peuvent faire » pour soutenir les exploitants, « en matière de trésorerie, de report d’intérêts, de dette », a déclaré le ministre.

« Nous avons écrit aux banques pour leur demander de jouer le jeu », a-t-il affirmé.
Plusieurs assureurs ont de leur côté interrompu de façon anticipée les souscriptions de leurs produits multirisques climatiques pour les exploitants qui ne sont pas encore couverts, selon La Tribune.

Pour M. Le Maire « les primes d’assurance payées par les céréaliers, les exploitants, (…) doivent être versées par les assureurs quelle que soit la situation ». Le ministre a par ailleurs déclaré que ce n’était pas à lui de s’exprimer sur l’éventuelle création d’un impôt de solidarité avec les agriculteurs.

Paris, 23 mai 2011 (AFP)


Laissez votre avis