Covoiturage, éco-tourisme, échange de maison… des nouveaux modes de voyage bien assurés ?

Dans notre dossier tourisme de mai, nous nous penchons sur les nouvelles tendances du tourisme. Les assureurs proposent en France encore peu de produits pour les nouveaux modes de voyage.

Covoiturage, éco-tourisme (tourisme vert basé sur la conservation de la nature), hébergement chez l’habitant, échange d’appartement et de maison… autant de nouveaux modes de voyage, axés sur un principe de solidarité, qui se sont développés ces dernières années. Si ces pratiques émergentes font fureur aux quatre coins du globe, en France leur recours reste encore timide.

Davantage par méfiance que par peur de se jeter à l’eau, selon le dernier baromètre de Groupama Assistance, Argus de l’assurance et Institut Think. 59% des Français et 49% des professionnels de l’assurance les jugeraient risquées. Les statistiques en témoignent: seuls 36% des sondés pratiquent le covoiturage, 15% l’éco-tourisme et l’hébergement chez l’habitant, et 7% à peine ont déjà échangé leur appartement ou leur maison.

Pourquoi les Français se montrent-ils méfiants ?

Si les Français restent autant sur leurs gardes, c’est davantage par manque de connaissance que par véritable appréhension, indique le baromètre. N’ayant dans leur cercle aucune réelle personne s’étant adonnée à ces nouvelles façons de voyager, le risque et et le danger leur apparait omniprésents. Une méfiance qui se manifeste plus chez les actifs de 35 à 64 ans, les CSP inférieures, les femmes, les moins diplômés ou les provinciaux. Une question se pose alors: les assureurs disposent-ils des produits et moyens nécessaires pour couvrir ces nouvelles pratiques et rassurer ainsi les Français ?

Seuls 35% des assureurs en capacité de couvrir les nouveaux modes de voyage

Selon l’étude, seuls 35% des professionnels du secteur interrogés déclarent détenir les moyens nécessaires pour couvrir les nouvelles pratiques de voyage. A l’inverse, 31% considèrent que les produits leur manquent, notamment ceux spécifiques pour une extension de l’assurance habitation (échange, hébergement…) ou de l’assurance auto (covoiturage…). Les nouveaux modes vont devoir à l’avenir remporter davantage d’adhésion auprès des Français pour inciter les assureurs à développer des couvertures spécifiquement dédiées.


2 commentaires sur

  • lavie Vues :

    Il n'y a pas besoin de nouveaux produits, ni d'avenants, ni d'extensions puisque nous sommes déjà assuré pour ça ! L'intention ici est parfaitement claire. Il s'agit, en quelque sorte d'exclure une partie de ce que l'on a déjà. Et par voie de conséquence d'augmenter la facture. C'est l'inverse de ce qui est recherché par ces pratiques : faire baisser les dépenses. Et moins de dépenses a pour un effet mécanique de préserver la nature !
    Pour sauver la planète et tout ce qui s'y trouve, la prise de risque et le courage sont de très loin bien plus efficaces que la peur …

  • Pascale Vues :

    Les assureurs sont sans doute bien moins frileux sur ce point que les politiques ou les propriétaires.
    Pour l'échange de maison ou le Nightswapping, il suffit généralement de prévenir son assureur qui peut faire un avenant à votre contrat d'habitation sans vous faire payer rien en plus ! Ils sont super ouverts 🙂

Laissez votre avis