Nuage de cendres / Voyage : L’aviation européenne confrontée à une éruption volcanique fictive

Depuis hier, l'ensemble de l'aviation civile européenne participe à une simulation d'éruption volcanique pour tester les nouveaux moyens de régulation aériens

Depuis hier, l’ensemble de l’aviation civile européenne participe à une simulation d’éruption volcanique. Le but de cet exercice, tester les nouveaux moyens de régulation aériens en cas crise et éviter le désastre de l’année dernière.

Jusqu’à ce soir, 70 compagnies aérienne européennes (dont Air France) participent à une simulation unique en son genre. Il s’agit de l’éruption d’un nouveau volcan islandais, le Grimsvötn, accompagnée d’une paralysie du trafic aérien pour cause de nuage de cendres. Cet exercice fictif doit permettre de tester les outils de régulation mis en place par la Commission européenne et le Conseil des ministres des Transports après l’épisode Eyjafjallajökull en 2010.

Une dizaine d’autorité de régulations nationales ou instances européennes participent également à cet exercice nommé VOLCEX11/01. Parmi elles, l’Organisation internationale de l’aviation civile, l’Agence européenne de sécurité aérienne ou encore le Centre Conseil en Cendre Volcanique de Londres (VAAC). Le but est de tester EVITA (European Crisis Visualization Interactive Tool), un outil qui visualise la progression des cendres en temps réel. Grâce à ce dispositif, les informations transmises aux compagnies aériennes et les moyens mis en place en conséquence devraient être plus rapides et efficaces.

L’année dernière, l’éruption du volcan Eyjafjallajökull avait totalement paralysé le trafic aérien en Europe, touchant près de 100.000 vols et clouant au sol 10 millions de voyageurs. Suite à cet incident, les compagnies d’assurance et les sociétés d’assistance ont dû changer leurs offres d’assurance annulation notamment, incluant ainsi le facteur catastrophe naturelles dans certaines de leurs garanties.

Source : La Tribune


Laissez votre avis