Assurance animale : Antiparasitaire pour chien et chat, mise en garde sur un produit

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire), via l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV), a enregistré une série de cas de réactions indésirables non graves chez des chats et des chiens traités avec certains colliers antiparasitaires et appelle les vétérinaires à la vigilance.

Dans le cadre du dispositif de pharmacovigilance vétérinaire qu’elle met en œuvre via l’Agence nationale du médicament vétérinaire, l’Anses a récemment enregistré plusieurs cas de réactions indésirables chez des chats et des chiens traités avec les colliers antiparasitaires Seresto. L’Agence invite les vétérinaires à lui transmettre les déclarations d’effets indésirables susceptibles d’être liés à ce traitement antiparasitaire.

Ces médicaments, commercialisés en France depuis début 2012, sont des colliers antiparasitaires à base de fluméthrine et d’imidaclopride (Seresto collier chat, Seresto collier petit chien, Seresto collier grand chien).

Des réactions plus fréquentes chez le chat

L’analyse des données de pharmacovigilance par les experts de l’ANMV et du Centre de Pharmacovigilance Vétérinaire de Lyon montre que les effets indésirables décrits sont surtout des réactions locales, plus fréquentes chez le chat (1 cas pour 374 chats traités) que chez le chien (1 cas pour 3.030 chiens traités).

Les réactions constatées correspondent aux effets indésirables décrits dans la notice (dépilation, érythème, prurit), mais dans de très rares cas, la réaction locale observée est plus marquée (brûlure, ulcère). Chez le chien, les cas déclarés sont essentiellement des suspicions de manque d’efficacité du produit vis-à-vis des tiques (1 cas pour 1.691 chiens traités).

L’Agence et la Commission nationale des médicaments vétérinaires souhaitent informer les praticiens de ces possibles effets indésirables. L’Agence appelle donc les vétérinaires à prêter une attention particulière à tout éventuel nouveau cas dont ils auraient connaissance et les invite à lui transmettre ces informations via le dispositif de pharmacovigilance.

Rappelons qu’il y a peu de temps, 76 colliers antiparasitaires destinés aux animaux de compagnie, chiens et chats, ont été retirés du marché. Motif : une toxicité potentielle pour les maîtres et notamment les enfants. De plus, dans la protection des animaux domestiques contre les parasites, certains traitements destinés au chien ne doivent surtout pas être utilisés chez le chat. D’où l’importance pour traiter son animal de demander conseil à son vétérinaire.

Source : ANSES


Laissez votre avis

judi togel