Assurance animale : L’alimentation du cobaye

Le cobaye est un herbivore, et il faudra donc, pour bien le nourrir et apporter à son organisme ce dont il a besoin, respecter sa nature.

Comparé à sa taille, l’intestin du cobaye est long puisqu’il mesure plus de 2 mètres. Sa digestion est lente et s’opère en 24 heures en moyenne.

La particularité du cobaye est de présenter deux formes de selles : des crottes de consistance normales ; puis d’autres que le cochon d’Inde va immédiatement ingéré, dès la sortie de son anus.

Ces secondes selles plus molles, que l’on nomme cæcum, sont riches en vitamines, protéines non digérées par l’estomac ainsi qu’en eau.
Il ne faut donc pas s’inquiéter de voir l’animal procéder ainsi et surtout ne pas l’en empêcher. Cela contribue à son bien-être et sa santé.

Le cobaye est un herbivore et il est très important d’en tenir compte dans la manière de le nourrir.
Il faut lui offrir un aliment tout spécialement conçu pour l’espèce et de très bonne qualité (haut de gamme). Il s’agira d’un aliment complet (extrudés, c’est-à-dire sous forme de granulés).

Des granulés, du foin, de la vitamine C et des légumes

On table sur une ration de 30 grammes par jour environ. A cela, il faudra ajouter du foin (à volonté), de la vitamine C et des légumes (respectivement : 20 mg/kg, et 1/10e de son poids). Tous ces compléments aux granulés sont essentiels.

Son alimentation sera laissée en libre-service afin qu’il puisse manger (grignoter) dès qu’il en a envie, car c’est ainsi que le cobaye s’alimente. Il serait dangereux pour sa santé qu’il n’ait pas à disposition de quoi s’alimenter.

Les aliments à éviter

Les aliments bas de gamme, ceux destinés à d’autres espèces, les mélanges sont à éviter.
Chez la femelle gestante ou allaitante, il est impératif de ne pas donner de persil.

Friandises (sucre, chocolat, miel, etc.), pain sec (comme tous les restes de table d’ailleurs), œufs, produits laitiers, laitue, ail, oignon, ciboulette, poireaux, noisettes et noix, etc.

De même, il faut se méfier des friandises industrielles qui ne correspondent pas toujours aux besoins du cobaye.

A noter aussi que le cobaye ne vomit pas : c’est là une de ses particularités.

Enfin, un cobaye qui ne se nourrit pas doit être conduit très rapidement chez le vétérinaire.

L’assurance santé animale existe désormais pour certains NAC (nouveaux animaux de compagnie) dont le cobaye, permettant une prise en charge des frais vétérinaires en cas de maladie ou encore d’accident.


Laissez votre avis