Assurance animale : les dangers des friandises au chocolat de Pâques pour les chats et chiens

Le chocolat est toxique pour le chien et le chat. La période des fêtes, Pâques notamment, où le chocolat est un produit phare, entraîne une hausse des consultations vétérinaires. Le chocolat noir est tout particulièrement toxique pour les chiens et les chats.

Le chocolat est toxique pour le chien et le chat. C’est le chocolat noir dont il faut se méfier en tout premier lieu. Le chocolat noir renferme davantage que le chocolat au lait par exemple et encore moins que le chocolat blanc (qui reste tout de même contre-indiqué) de la théobromine.

L’organisme du chien et du chat ne parvient pas, contrairement à l’humain, à métaboliser correctement et suffisamment rapidement cette substance de la famille des alcaloïdes contenue dans le chocolat. D’autres molécules intervenant dans la composition du chocolat peuvent aussi s’avérer toxiques pour le chien et le chat.

Dès lors, suivant le poids de l’animal et de la quantité ingérée, l’intoxication qui s’en suit peut avoir de très graves conséquences pour le chien ou le chat.

Quelle quantité de chocolat est toxique pour le chien ou le chat ?

Dans le cas du chocolat noir, 25 grammes ingérées par un chien d’une vingtaine de kilos peut conduire à l’intoxication, nécessitant une consultation vétérinaire dont les frais seront pris en charge par l’assurance santé.

Donc chez un chien de petite race (ou un chat) qui ingérerait une tablette (200 grammes en moyenne) laissée à sa portée, le diagnostic serait très sombre et causer la mort de l’animal.

Des symptômes successifs

Suite à une intoxication due au chocolat, les symptômes sont variés : vomissements, diarrhée. Ce sont généralement les troubles digestifs qui apparaissent les premiers. L’animal peut ensuite présenter des troubles nerveux (agitation, tremblements…), voire cardiaques.

L’intoxication peut être « immédiate ». Mais elle peut aussi survenir suite à une distribution de petites quantités de chocolat ou d’ingestion sur plusieurs jours. Il y a alors un effet accumulatif, celui-ci finissant à entraîner les symptômes de l’intoxication.

Suivant l’âge, l’état de santé de l’animal, la quantité ingérée et les effets sur le chien ou le chat, une mise en observation (hospitalisation) pourra être nécessaire.

Si l’ingestion date de moins de 2 heures, le vétérinaire pourra faire vomir l’animal avant d’entamer le traitement qu’il jugera nécessaire.

Le maître devra le poursuivre si son animal peut repartir de la clinique. Dans les cas les plus sévères, le chien ou le chat sera placé sous perfusion, afin d’éliminer la substance responsable de l’intoxication et prévenir toutes complications.


Laissez votre avis