Assurance animale : Protéger les chiens et chats contre les parasites internes

Malgré les recommandations, il apparaît que les chiens et les chats sont insuffisamment protégés contre les parasites internes. Les vers sont pourtant vecteurs de maladies, dont certaines des zoonoses, c’est-à-dire transmissibles à l’Homme. Des moyens de prévention surs et efficaces existent.

Il y a 4 ans, l’European Scientific Councel Companion Animal Parasite (ESCCAP) diffusait ses recommandations appelant à une vermifugation trimestrielle des chiens et chats adultes.

L’objectif étant d’améliorer la protection des animaux domestiques et de leurs propriétaires contre les zoonoses par un « geste prévention » régulier.

Force est de constater aujourd’hui que ces recommandations sont loin d’être appliquées, et ce malgré les risques que les parasites internes font courir à l’animal comme à l’Homme. Alors qu’il existe des traitements efficaces dont certains se distinguent par leur appétence et auxquels chiens et chats… ne résistent pas !

Ces traitements ont été conçus pour être administrés plus simplement grâce par exemple, à un enrobage aromatisé.

Une responsabilité affective, sanitaire et sociale

Le tube digestif des chats et des chiens constitue un réservoir de multiples agents pathogènes, bactéries et parasites. Certains sont à l’origine de zoonoses, ces maladies qui se transmettent de l’animal à l’Homme.

Les enfants sont en première ligne de cette contamination après avoir câliné leur animal, ingéré du sable ou de la terre, voire partagé leur assiette avec leur compagnon de jeu préféré. Les situations à risque de contamination ne manquent pas au vu de l’affection que portent l’homme et surtout l’enfant à leur animal de compagnie.

Protéger un animal de compagnie contre les parasites internes, c’est s’assurer de sa bonne santé mais aussi de celle de sa famille et même de l’ensemble de la population. Car les animaux de compagnie vont et viennent au gré de la vie de la famille, avec le risque de transmettre des parasites dont ils peuvent être porteurs.

Les traitements existent pour l’homme comme pour l’animal, mais les risques d’un diagnostic souvent tardif ont incité vétérinaires et médecins à préconiser des mesures de prévention rigoureuses chez nos animaux domestiques, plus efficaces et moins coûteuses que des traitements lourds et tardifs chez l’Homme.

Une protection simple

La vermifugation systématique des animaux de compagnie est la première des mesures à suivre. Elle est parfaitement efficace et protège à la fois l’animal et l’homme.

Et pour faciliter la prise et le suivi du traitement, il existe désormais des comprimés par voie orale aromatisés, appréciés des chiens comme des chats.

Une enquête sur plus de 1 300 propriétaires de chiens a ainsi montré que plus de 80 % d’entre eux ont estimé que ce type de comprimé aromatisé leur avait permis de traiter leur animal avec plus de facilité et que plus de 80 % d’entre eux avaient l’intention de renouveler ce traitement.
Des règles de prévention à suivre

Il est important que les règles de prévention soient régulièrement rappelées par les vétérinaires et plus largement appliquées par les propriétaires d’animaux :  vermifugation systématique des chiots à 2 semaines et des chatons à 3 semaines ; poursuite d’une vermifugation mensuelle systématique des jeunes animaux pendant 6 mois pour éliminer les vers adultes et éviter le retour des œufs dans l’environnement (terre, fruits sauvages, bacs à sables) ; vermifugation systématique 4 fois par an des chiens et chats adultes ou réalisation régulière de tests chez le vétérinaire. En effet, la vie en plein air, les promenades, les déplacements en vacances, les séjours en chenil sont autant d’occasions de contamination.

Grâce au forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé chien et chat, les maîtres peuvent disposer d’une somme allouée chaque année qui peut ainsi servir à acheter des vermifuges pour protéger son chien ou son chat.


Laissez votre avis