Assurance animale : Un lapin en bonne santé

Le lapin n’est pas à l’abri de certaines maladies. Certaines précautions comme des traitements antiparasitaires, la vermifugation ou la vaccination sont nécessaires.

Au moindre doute ou symptôme inquiétant (anorexie, faiblesse, chute de poils, constipation ou au contraire diarrhée, toux, écoulements au niveau du nez ou des yeux, couleur inhabituelle des urines, etc.), le maître doit consulter un vétérinaire spécialisé en NAC (nouveaux animaux de compagnie) rapidement.

Deux vaccins pour protéger le lapin

Le lapin doit aussi être vacciné par le vétérinaire contre la VHD (maladie hémorragique) et la myxomatose. Ces deux virus peuvent avoir de très graves conséquences sur la santé de l’animal. Ce n’est pas obligatoire si l’on ne voyage pas avec son lapin et que l’on reste sur le territoire, mais c’est vivement recommandé. Si le maître a souscrit une assurance santé animale pour son lapin, cela permet le remboursement des frais si ce dernier contracte une de ces maladies dès lors qu’il est convenablement vacciné.

Vermifuger régulièrement

Le vermifuge protège le lapin des parasites internes. Le vétérinaire est le mieux à même de conseiller sur le produit à utiliser. Cela n’est pas nécessaire, mais si votre lapin vit à l’extérieur et qu’il cohabite avec d’autres animaux de compagnie (comme un chien ou un chat par exemple), mieux vaut qu’il soit alors vermifugé.

Puces, tiques, aoûtats, gale (elle peut être aussi localisée aux oreilles)… Ces parasites nuisibles peuvent nécessiter des traitements également mis en place par le vétérinaire.

Des protections préventives contre les puces, les tiques et d’autres parasites sont existent, elles sont aussi recommandées.

Le vétérinaire prescrit le traitement le mieux adapté à votre lapin car certains antiparasitaires que l’on peut trouver dans le commerce ne conviennent pas du tout à l’animal et sont parfois très dangereux.

Stérilisation et castration

Une lapine peut tout à fait vivre sans avoir de petits. La stérilisation, pratiquée par le vétérinaire avant l’âge d’un an, permet en outre de réduire significativement le risque de tumeurs (utérus), une affection relativement fréquente chez les femelles non stérilisées et ce dès l’âge de 3 ans.

Un lapin mâle peut aussi tout à fait très bien vivre sans reproduire. La castration peut se pratiquer par le vétérinaire entre l’âge de 6 mois et d’un an.


Laissez votre avis