Assurance animaux : Chat et assurance santé, se prémunir des frais vétérinaires dus aux maladies

Certains chats jouissent d’une espérance de vie relativement longue comparée aux chiens. Il n’est pas rare de voir des matous fêter dignement leurs vingt ans et davantage ! Se prémunir des frais vétérinaires inhérents aux maladies peut être une sage précaution. Pour les plus fréquentes, il existe des vaccins fiables.

Les chats sont prédisposés à certaines maladies spécifiques. Au rang des principales, des maladies infectieuses telles que la leucose (FeLV), la péritonite infectieuse féline (PIF), l’immunodéficience féline (FIV).
Des tests assez simples et rapides réalisés chez le vétérinaire permettent de détecter les chats atteints de FeLV ou de FIV.
En France, les maladies félines qui font classiquement l’objet d’une vaccination sont la panleucopénie infectieuse féline (typhus), la rage, le coryza, la leucose, et la chlamydiose.

Le protéger à tout âge

Des vaccins existent qu’il ne faut pas négliger, quel que l’âge de votre chat. Les troubles que ces maladies entrainent peuvent affecter l’état de santé général de l’animal et nécessiter des traitements longs et coûteux.
Les seniors ne sont pas immunisés. Au contraire, leur grand âge peut les fragiliser.

Votre vétérinaire établira un calendrier vaccinal. Les rappels se feront tous les ans. Pour la première vaccination du chaton, deux injections successives à un mois d’intervalle seront généralement effectuées.
Suivant l’assurance choisie, vous pourrez être remboursé d’une prestation annuelle concernant la vaccination, le vermifuge ou bien encore un bilan de santé de votre chat.

Ne pas sous-estimer la rage

Il est vivement recommandé de faire vacciner régulièrement son chat contre la rage, une maladie virale qui est une zoonose, c’est-à-dire qu’elle est transmissible à l’homme et inversement.
Si vous vous rendez en vacances dans certains endroits comme en camping, par exemple, ou bien passez les frontières, votre chat devra être vacciné.

Le vaccin antirabique destiné aux chats (et aux chiens) est l’un des plus efficaces avec un taux de protection proche des 100 %. Il ne faut par contre pas attendre le dernier moment, car lors d’une première vaccination antirabique, le certificat de vaccination n’est valable qu’un mois après l’injection.
De plus, en cas d’épisodes rabiques – cela a été le cas ces dernières années en France après l’introduction de chiens enragés – tout chat trouvé qui ne serait pas à jour de son vaccin antirabique risque l’euthanasie. Cela doit nous rappeler aussi la nécessité de faire identifier son chat par puce électronique ou tatouage.

CP : Renee Jansoa-Fotolia

Laissez votre avis