Assurance animaux : Les questions à se poser avant d’acquérir un chien

C’est décidé : vous voulez un chien ! Avant de franchir le pas, l’acquisition d’un animal qui va partager une quinzaine d’années – voire davantage – votre existence demande un petit travail de réflexion. Le budget santé doit être pris en compte d’autant que certaines races sont davantage prédisposées à des maladies que d’autres.

Parmi les questions essentielles à se poser avant l’acquisition d’un chien, celle de sa santé est primordiale. Prévoir un budget pour cela n’est pas négligeable. D’autant si l’on souhaite souscrire à une assurance santé animale qui permettra de couvrir des frais vétérinaires parfois élevés.
Hormis le facteur « accidents de la vie », impossible à prévoir, tous les chiens ne sont pas égaux face à la maladie. Certaines races sont plus fragiles que d’autres, d’où les différences de tarifs des formules proposées par les compagnies. Certains éleveurs, dans leur devoir d’information et de conseils, préconisent pour leur race de souscrire à une assurance. Ce n’est bien entendu pas le cas pour toutes.
Question finances encore : évaluer ses besoins alimentaires (certains sont de bons mangeurs) sans oublier les frais vétérinaires minimum (vaccins, rappels, soins courants).

En adéquation avec le mode de vie

Ensuite, serez-vous prêt à faire quelques sacrifices ? Une fois le choix de la race arrêté, quelques questions s’imposent, qui relèvent toute du bon sens, mais qui font quelque fois défaut lors d’un achat sur un coup de tête ou un coup de cœur.
La race choisie correspond-elle vraiment à votre mode de vie. Serez-vous prêt à… annuler une soirée, un voyage, des vacances ? Vous lèverez-vous tous les matins, week-end y compris, pour le sortir, et ce quelle que soit la météo ? Idem le soir. Car deux sorties par jour, c’est vraiment le minimum.
Il n’y a pas que la promenade pour les besoins : certaines races – la grande majorité, exceptés quelques chiens de petite race – ont besoin de se défouler… et pas sur le carré de pelouse en bas de chez vous. Il ne faut pas non plus penser qu’avoir un jardin ou un grand terrain suffit au bonheur d’un chien. Certains sont bien plus heureux en appartement avec des maîtres qui s’occupent d’eux et sont disponibles lorsqu’il le faut plutôt que laissés seuls des journées entières.

Aurez-vous l’autorité nécessaire pour l’éduquer correctement ? Votre famille est-elle d’accord avec votre choix ?
Du point de vue de l’entretien, pour les chiens à poils longs, êtes-vous prêt à le brosser autant de fois que nécessaire afin d’éviter bourres et nœuds ?
Si vous répondez « oui » à toutes ces questions, vous pouvez envisager sans problème l’acquisition d’un chiot. En cas de doute, réfléchissez encore un peu. Mieux vaut prendre le temps. Cela permet d’être serein et d’envisager la construction d’une relation équilibrée avec votre nouveau chien.


Laissez votre avis