Assurance santé animale : le bilan de santé n’est pas obligatoire

En vue de souscrire une assurance santé animale pour son chien, chat ou NAC, le bilan de santé de l’animal n’est pas une obligation. Une première visite chez le vétérinaire à l’acquisition du nouveau veau est toutefois vivement conseillée. 

Si le maître entend souscrire une assurance santé animale pour son compagnon, aucun bilan de santé préalable ne doit être normalement réclamé. La seule chose qui est obligatoire est l’identification du chien ou du chat par puce électronique ou par tatouage.

Identification et prévention vaccinale : les seules obligations

Dans le cas d’un animal trouvé et non identifié, le nouveau maître doit le faire identifier le plus rapidement possible. Un acte qui peut être financé grâce au forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé animale ou bien encore grâce à certaines offres spéciales réservées aux chiots ou chatons.

L’utilité de la première visite vétérinaire

Il reste toutefois recommandé de consulter le vétérinaire pour une première visite lors de l’acquisition d’un nouveau chien, chat ou NAC. Que l’on souhaite ou non l’assurer par la suite d’ailleurs. Celle-ci a pour but de vérifier que l’animal ne souffre d’aucun problème.

De nombreuses maladies, dès lors qu’elles sont diagnostiquées précocement, peuvent être soignées efficacement, sans complications par la suite. Si une pathologie relève d’un vice rédhibitoire, le maître peut aussi dans le respect du délai dont il dispose demander réclamation au vendeur de l’animal.

Un animal qui souffrirait d’une maladie ou qui serait déjà victime d’un accident peut tout de même être assuré. Car cela ne signifie pas qu’il est à l’abri d’autres problèmes. La maladie ou les causes d’un accident déjà déclaré avant souscription et leurs conséquences font partie des exclusions, mais pas tout nouveau fait qui surviendrait une fois assuré.

La première visite vétérinaire permet également de faire le point sur l’état vaccinal du chien, chat ou NAC. Le praticien établit d’ailleurs un calendrier des rappels. Car pour pouvoir être assuré dans les meilleures conditions, tout animal doit faire l’objet d’une vaccination contre les principales maladies.

Chez le chien, il s’agit de la maladie de Carré, hépatite infectieuse (maladie de Rubarth), parvovirose et rage ; chez le chat, il s’agit du typhus, coryza, calicivirose, leucose féline, et rage.

Si malgré toutes les précautions prises et la prévention mise en place une maladie pour laquelle un vaccin existe venait à survenir, le maître serait couvert et remboursé des frais vétérinaires à hauteur de la formule qu’il a choisie.

Lors de la première visite, le vétérinaire conseille aussi le maître sur les antiparasitaires et les vermifuges les mieux adaptés. Ils sont fonction de l’âge, du poids et du mode de vie de chaque espèce. Suivre les recommandations et les prescriptions du vétérinaire est important, même pour des traitements aussi « anodins » puissent-ils paraître.


Laissez votre avis