Assurance santé animale : Chien dominant oui, gay… non

L’homosexualité chez le chien n’existe pas, à la différence de la domination, qui peut être prise en charge par l’assurance santé animale.

Certains maîtres ont tendance à s’amuser des ardeurs de leur chien, notamment lorsqu’elles sont manifestées sur des objets (peluches, coussins…), voire sur des invités.

Cette attitude n’est pas à prendre à la légère, car cela peut notamment conduire à des troubles du comportement et/ou certaines formes d’agressivité chez l’animal.

Recadrer plutôt que punir

La punition n’est pas toujours la solution la meilleure. C’est à une réorganisation des relations qu’il vaut mieux tendre face à des chevauchements intempestifs.

Il faut alors avoir recours à l’aide d’un vétérinaire comportementaliste afin de recadrer le chien si le maître ne parvient pas à le faire lui-même.

A noter que les troubles du comportements, dès lors que l’on fait appel à un vétérinaire comportementaliste, sont pris en charge et remboursés à hauteur de la formule choisie par une bonne assurance santé animale (mutuelle chien).

Sauvé grâce à Internet

Dans le Tennessee (Etats-Unis), un chien de type pitbull croisé bulldog a bien failli être euthanasié au motif d’être… gay. C’est ce qu’a effectivement pensé son maître lorsqu’il a vu son chien chevaucher un autre mâle.

Grâce à une chaine de solidarité qui s’est créée sur Internet et les réseaux sociaux (notamment Facebook), le chien placé en refuge a finalement été adopté et a pu échapper à un triste sort.

Instinct sexuel et domination

Le chien ne connaît pas l’homosexualité et n’est pas non plus « obsédé » sexuellement. Un chien, lorsqu’il chevauche une femelle, le fait par instinct sexuel.

S’il vient à chevaucher un autre mâle, les spécialistes s’accordent à dire que l’on ne peut pas en déduire qu’il est pour autant homosexuel. Pas plus qu’il est « obsédé ».

C’est est en fait le signe qu’il veut prouver sa supériorité, sa domination. Domination, qu’il tentera d’imposer lorsqu’il « s’accroche » à la jambe d’un humain et bien encore jette son dévolu sur un coussin ou tout autre objet.

Déjà chez les chiots, qui ne sont pas mâtures sexuellement, on peut remarquer parfois ce type de chevauchement (mouvements pelviens) et comportements entre eux. De même, une femelle, par volonté de domination, peut elle aussi « chevaucher ».

Les chiens sont actifs sexuellement dès lors que leur instinct de reproduction les motive. Et cela uniquement durant les deux périodes de chaleurs (rut) annuelles des femelles. Les mâles « disponibles » tout au long de l’année sont dans ce cas stimulés par les odeurs particulières qu’elles dégagent.


Laissez votre avis