Assurance santé animale : Le chien souffre du mal de vivre

Les chiens sont aujourd’hui de plus en plus de malheureux en ville et éprouvent davantage de difficultés pour s’y intégrer. On dénombre par exemple 50% de chiens en moins à Paris en dix ans.

Sur les 7,8 millions de foyers vivant avec un chien, près d’un tiers d’entre eux se situent en région parisienne.

Comme de nombreuses grandes villes de France, les maîtres y disposent de nombreux services : systèmes de garde, magasins spécialisés (accessoires, toilettage), etc. En matière de soin, Paris, comme certaines grandes villes, est également pourvue en cabinets et cliniques vétérinaires, y compris ceux proposant une spécialisation ou ceux qui interviennent à domicile. Une solution que prend en charge l’assurance santé animale en cas d’urgence ou bien d’impossibilité pour le propriétaire à se déplacer avec son compagnon.

Pour autant, le chien – à la différence du chat – déserte de plus en plus le tissu urbain. Rien que dans la capitale, le nombre de chien a été divisé par deux en dix ans. Ils ne seraient de nos jours plus que 200.000, selon Christine d’Hauteville, porte-parole de l’association “Mon chien, ma ville” (une mission du Comité Oka).

La raison de cette désertion est la difficulté pour les maîtres à bien vivre avec leurs chiens dans le tissu urbain. “Nous sommes de plus en plus nombreux à constater qu’en ville, rien n’est fait pour nous faciliter la vie. Les témoignages sont sans appel, à Paris nous détenons la triste palme d’or”, relate Christine d’Hauteville sur le site Internet de son association.

Le chien : un lien social indispensable

“Les gens ont besoin d’avoir un compagnon et plus en ville qu’à la campagne, où un appartement sur deux est occupé par une personne seule ou une famille monoparentale”, assure pour sa part à l’AFP le Dr. Jean-Michel Michaux, vétérinaire, président et créateur de l’Istav (Institut Scientifique et Technique de l’Animal en Ville) et qui a par ailleurs été conseiller à la ville de Paris pour la condition animale.

Il appelle de ses vœux que l’on prenne exemple sur des villes comme “New York, Londres, Francfort ou Berlin, où des espaces de détentes et de jeux sont réservés au meilleur ami de l’homme”.

Car c’est bien une des choses qui fait défaut aux maîtres vivant en ville avec un chien. Toujours à Paris, sur les espaces verts accessibles aux animaux domestiques, seuls 73 des 462 espaces offrent une zone ouverte aux chiens en laisse, souvent restreinte, analyse un rapport en date de 2012. Une exception : le parc de Bercy leur donne accès à une zone végétalisée. Mais aucun espace vert n’est accessible aux chiens sans laisse dans Paris intramuros.

Une difficulté à circuler pour les chiens guides aussi

Même les chiens guides d’aveugles ont de sérieuses difficulté à se déplacer en compagnie de leurs maîtres, alors que la loi les y autorise. Selon une récente enquête menée par la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles, l’Association Nationale des Maîtres de Chiens Guides d’Aveugles et les Écoles de Chiens Guides fédérées, dans 15% des cas, les chiens guides et leurs maîtres ne peuvent accéder librement dans un lieu ouvert au public. Au moins une difficulté par semaine rencontrée.

Autant de raisons pour l’association “Mon chien”, ma ville de lancer un appel à un grand rassemblement cani-citoyen à Paris le 8 juin 2013.


Laissez votre avis